RT France conteste la mise en demeure du CSA devant le Conseil d'État

© Sputnik . Evgeny Biyatov / Aller dans la banque de photosLogo de RT
Logo de RT - Sputnik France
Après la mise en demeure par le CSA à la suite d’un reportage sur la Syrie, RT France conteste devant le Conseil d'État qu'une simple erreur technique puisse constituer un manquement à l'honnêteté et à la rigueur journalistique.

Mise en demeure début juillet par le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) en raison d'un sujet sur la Syrie diffusé en avril dernier, la chaîne RT France a décidé de contester cette décision devant devant le Conseil d'État, une autorité qui encadre strictement les pouvoirs du CSA.

«Malgré une simple erreur technique qui a eu lieu dans un sujet du 13 avril, RT réfute catégoriquement l'accusation de "manque d'honnêteté", puisque cette erreur technique n'a pas changé l'essentiel du reportage».

RT France conteste également le reproche de manquement au pluralisme des points de vue lors de ce sujet.

«Nous considérons comme absurde l'avis donné par le CSA, selon lequel il n'y avait pas de "pluralisme de points de vue" dans ce sujet, étant donné que RT a relayé des opinions différentes sur la situation en Syrie, y compris les points de vue des dirigeants des États-Unis, de la France et de l'Allemagne».

Sputnik- und RT-Chefredakteurin Margarita Simonjan - Sputnik France
Simonian: la France débat la loi anti-fake news mais dans les faits une loi contre Sputnik
Le régulateur des médias audiovisuels a accusé RT France de diffuser dans une séquence d'un journal télévisé diffusée le 13 avril «contestant la réalité des attaques à l'arme chimique dans la région syrienne de la Ghouta orientale», la «traduction orale des propos tenus par un témoin syrien ne correspondait en rien à ce qu'il exprimait à l'antenne».

Dans ce sujet intitulé «Attaques simulées», le témoin évoquait en dialecte syrien la situation de famine sévissant dans la zone, alors que la traduction française évoquait une simulation d'attaque chimique. La traduction française de ses propos se rapportait en fait à une autre version plus longue de la vidéo, non diffusée, selon RT et qui a motivé la décision du CSA.

La présidente de RT France Xenia Fedorova s'était défendue fin juin en invoquant «une erreur purement technique, qui a été corrigée».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала