Londres reconnaît son retard militaire sur Moscou et Pékin

© AP Photo / Matt DunhamMembers of the British military's 4th Mechanised Brigade parade through central London to attend a reception at the Houses of Parliament, Monday, April 22, 2013. The soldiers recently returned from six months serving in Afghanistan's Helmand province.
Members of the British military's 4th Mechanised Brigade parade through central London to attend a reception at the Houses of Parliament, Monday, April 22, 2013. The soldiers recently returned from six months serving in Afghanistan's Helmand province. - Sputnik France
Les forces armées du Royaume-Uni sont dépassées par celles de la Russie et de la Chine et ont besoin de changements pour être capables de protéger le pays, estime le chef d'état-major des armées du Royaume-Uni.

Une maquette  de char gonflable - Sputnik France
Le Royaume-Uni voudrait muscler son armée avec des chars gonflables
L'armée britannique a besoin de changements fondamentaux pour résister aux nouvelles menaces, a déclaré le chef d'état-major des armées du Royaume-Uni Nicholas Carter.

«Je crains que nos vacances historiques de 70 ans se terminent et que nous ayons un travail à réaliser pour inverser cette situation», a-t-il déclaré aux journalistes lors de la conférence Air Power Conference 2018 à Londres.

Selon lui, dans le domaine militaire, le Royaume-Uni est dépassé par la Russie et la Chine. Londres a besoin de nouveaux armements au milieu de menaces contre «les règles internationales assurant notre sécurité et la stabilité financière depuis 1945».

Le sous-marin britannique HMS Astute - Sputnik France
Statut militaire du Royaume-Uni «de 1er rang»: même Theresa May n’y croit plus?
En janvier, il avait déjà commenté l'état des forces armées britanniques. M.Carter avait notamment souligné le fait que Londres n'était pas protégée des missiles de croisière russes. Il a également mis en garde contre la réduction des dépenses de recherches militaires.

Il n'est pas le premier haut responsable militaire qui critique la défense britannique. En 2016, l'ex-chef du Commandement des forces conjointes britanniques avait indiqué que l'armée du royaume aurait perdu la majorité de ses troupes en cas d'agression contre le pays et que les systèmes antiaériens britanniques n'auraient pu défendre que la rue Whitehall où les établissements gouvernementaux sont concentrés.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала