La candidate au poste de Président de la Tunisie Leila al-Hammami se livre à Sputnik

© AFP 2022 LIONEL BONAVENTURETunis
Tunis - Sputnik France
Leila al-Hammami, docteur en économie et en politologie, se portera candidate à l’élection présidentielle de 2019 en Tunisie. La postulante à la magistrature suprême tunisienne a exposé les raisons de sa décision dans un entretien accordé à Sputnik.

Il faut à la Tunisie de nouvelles personnalités politiques qui soient éloignées des mouvances politiques d'autrefois et d'aujourd'hui, a déclaré Leila al-Hammami à Sputnik.

Флаг Туниса. - Sputnik France
Ambitions présidentielles en Tunisie, c’est la fin des combats à fleurets mouchetés

«La Tunisie a besoin d'une nouvelle figure politique […] Il s'agit d'une personne qui s'oriente dans les processus politiques en cours, qui possède suffisamment de connaissances et apprécie les avantages du système démocratique. Je suis diplômée de politologie et d'économie, et je pense pouvoir faire beaucoup pour mon pays. Le monde arabe doit emprunter tout ce qu'il y a de meilleur à la nouvelle pratique politique mondiale», a expliqué l'interlocutrice de l'agence.

Et d'ajouter que la situation géographique de la Tunisie entre l'Europe, l'Afrique et le monde arabe favorisait une vaste activité économique.

Flags of Tunisia flutter at the city hall in Tunis on October 24, 2011 - Sputnik France
Après la révolution, la Tunisie a «beaucoup régressé sur le plan économique et social»

«Elle [Tunisie, ndlr] pourrait devenir un carrefour de certaines voies commerciales internationales d'aujourd'hui», a relevé Mme al-Hammami.

Évoquant les problèmes de la politique intérieure tunisienne, la candidate à la présidentielle a insisté sur nécessité d'élever le niveau de vie, d'améliorer la santé publique et l'éducation.

Tunisian President Beji Caid Essebsi delivers a speech during a ceremony marking the 62nd anniversary of Tunisia's independence at the Carthage palace in Tunis on March 20, 2018. - Sputnik France
En Tunisie, le parti présidentiel soutiendra Caïd Essebsi, 92 ans, s’il veut rempiler

«L'éducation demande des transformations radicales. Il faut éliminer l'écart entre les bacheliers, entre les critères que les universités fixent aux postulants, il importe de résoudre le problème de l'emploi pour les étudiants déjà diplômés. Ce problème est particulièrement d'actualité dans les établissements d'études médicales supérieures. À l'avenir, cela aidera à diminuer l'écart dans la qualité des soins entre les hôpitaux publics et privés», a souligné l'interlocutrice de Sputnik.

Selon les analystes, Leila al-Hammami a toutes les chances de remporter la prochaine élection présidentielle en Tunisie. Début juin, une femme est devenue pour la première fois maire de Tunis, la capitale tunisienne.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала