Des femmes se fient à une application de contraception et … tombent enceintes.

© Sputnik . Valeri Melnikov / Aller dans la banque de photosPoupée représentant une femme enceinte
Poupée représentant une femme enceinte - Sputnik France
L'application de contrôle des naissances Natural Cycles semble avoir provoqué des avortements en Suède, où elle avait été d’abord saluée comme étant un contraceptif sans hormones. Mais ensuite, des femmes ont commencé à signaler des grossesses non désirées.

Беременная - Sputnik France
Des scientifiques découvrent une super-bactérie provoquant l'infertilité
En Suède, 37 des 668 femmes ayant utilisé l'application de contraception naturelle Natural Cycles seraient tombées enceintes sans le vouloir, signale The Guardian.

Un «contraceptif numérique» suédois très médiatisé qui prend la forme d'une application pour smartphone appelée Natural Cycles et qui épargnait aux femmes la consommation d'hormones artificielles. La publicité de Natural Cycles promettait quelque chose de «naturel, sans hormones et non invasif» s'engageant à suivre le cycle menstruel de la femme et à prédire les jours où la probabilité d'une grossesse était nulle.

Публикация от Natural Cycles (@naturalcycles) 14 Июл 2018 в 1:06 PDT

 

En 2017, l'application a été approuvée pour utilisation dans toute l'UE, obtenant le feu vert de l'organisation allemande d'inspection et de certification, Tüv Süd.

Souris - Sputnik France
Des «ovaires imprimés» implantés avec succès chez des souris
Comment ça marche? Le lot vendu comprend une application, un abonnement annuel d'environ 67 euros, et un thermomètre précis à deux décimales. Vous introduisez votre température dès que vous vous réveillez, et l'application fait des prédictions sur votre fertilité: le vert pour «vous pouvez avoir des rapports sexuels non protégés», le rouge pour « ne le faites pas, sauf si vous voulez un bébé».

Natural Cycles compte maintenant plus de 700.000 utilisateurs dans plus de 200 pays. Mais sa certification en tant que contraceptif est en cours de révision en Suède, où la société et ses co-fondateurs, la physicienne Elina Berglund et son mari Raoul Scherwitzl, sont basés. En janvier 2018, un important hôpital suédois a signalé que 37 des 668 femmes qui avaient demandé un avortement entre septembre et décembre 2017 utilisaient Natural Cycles comme unique contraceptif, et l'Agence suédoise des produits médicaux a commencé une enquête. Natural Cycles a répondu que le nombre de grossesses est proportionnel au nombre d'utilisateurs suédois enregistrés et «conforme à nos attentes».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала