Washington aurait lancé une campagne d’information contre les dirigeants iraniens

© Sputnik . Igor Mikhalev / Aller dans la banque de photosCongrès américain
Congrès américain - Sputnik France
Washington, qui croit toujours que l’Iran poursuivrait son programme atomique militaire malgré l’accord nucléaire, aurait juré de saper la stabilité économique de l'Iran par des sanctions et une campagne de dénigrement, d’après des médias.

Les États-Unis auraient lancé une campagne de dénigrement des dirigeants iraniens en vue de les pousser à changer leur politique, a annoncé Reuters citant des sources anonymes au sein du gouvernement américain.

Hassan Rohani - Sputnik France
«La mère de toutes les guerres»: l'Iran prévient les USA en cas de conflit
Selon Reuters, Washington prévoit de diffuser des informations, parfois déformées et exagérées, qui dépeignent la direction iranienne sous un jour défavorable.

Le programme, qui vient compléter les sanctions imposées par les États-Unis à l'économie iranienne, serait appuyé par le secrétaire d'État américain Mike Pompeo et le conseiller à la sécurité nationale John Bolton.

Selon les responsables, la campagne serait appelée à persuader Téhéran, en alimentant les troubles dans le pays, d’abandonner son programme nucléaire et de cesser de soutenir divers groupes.

La Maison-Blanche et le département d'État ont refusé de commenter les informations sur le début de la campagne de dénigrement présumée. Mais un fonctionnaire du département d'État a noté que Washington souhaitait influer sur la politique du gouvernement iranien.

«Nous savons que nous poussons l’Iran à faire des choix difficiles. Soit il modifie sa politique, soit il aura du mal à s’engager dans ses activités malveillantes», a indiqué le responsable qui a requis l’anonymat.

Nikki Haley - Sputnik France
L’Iran serait une «nouvelle Corée du Nord» aux yeux de Washington
Le Président Donald Trump a annoncé le 8 mai dernier que les États-Unis se retiraient du Plan global d'action conjoint (JCPOA), un accord conclu en 2015 entre l'Iran, les États-Unis, la Russie, la France, la Chine, le Royaume-Uni, l’Allemagne et l’UE à l’issue de longues négociations. Aux termes de l’accord, l’Iran avait accepté d'abandonner son programme nucléaire en échange de la levée d'une partie des sanctions internationales.

Le Président américain avait également déclaré que Washington rétablirait ses sanctions imposées à Téhéran, suspendues suite à la signature de l'accord de 2015.

M.Trump avait toujours critiqué le JCPOA, le qualifiant de «foncièrement défectueux». Il avait exigé que l’accord soit modifié, menaçant de s’en retirer et de réimposer des sanctions économiques. Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo avait promis que les nouvelles sanctions seraient les plus sévères de l'histoire et ne seraient levées que lorsque Téhéran abandonnerait son programme nucléaire pour de bon. Le chef de l’État français Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel, les dirigeants de deux des principaux pays de l'UE, ont tenté de convaincre M.Trump de s’en tenir à l'accord, mais leurs efforts ont échoué.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала