Affaire Benalla: quand Nicolas Dupont-Aignan «claque la porte» de l’Assemblée (vidéo)

© AFP 2022 Lionel BonaventureNicolas Dupont-Aignan
Nicolas Dupont-Aignan - Sputnik France
Après avoir souligné le non-respect des institutions par le chef de l’Etat en qui il ne voit « plus le président de la Nation», le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan a claqué la porte de la commission d’enquête de l’Assemblée sur l'affaire Benalla au lendemain de l’intervention d’Emmanuel devant «ses députés».

Nicolas Dupont-Aignan, député et président du mouvement Debout la France, a dénoncé l'intervention d'Emmanuel Macron devant des membres du gouvernement et des élus de sa majorité mardi soir.

Emmanuel Macron - Sputnik France
Macron sur l'affaire Benalla: «C'est une trahison. Le seul responsable c'est moi»
​«Est-ce qu'il y a deux catégories de députés? Les députés En Marche qui ont l'honneur de recevoir le Président de la République et l'ensemble des députés qui sont baladés par une commission qui n'auditionne pas tous ceux qu'elle voudrait voir?», a tranché M.Dupont-Aignan mercredi matin à l'ouverture des travaux de la commission, qui auditionne le général Éric Bio-Farina, commandant militaire de la Présidence de la République dans le cadre de l'affaire Benalla.

«Je vois que le Président de la République n'est plus le Président de la Nation mais va voir ses députés, entre guillemets, ce qui est totalement contraire aux institutions (…) Je trouve que la situation est très grave et que le Président de la République dans cette affaire n'est pas digne de sa fonction et moi, je ne participerai plus à cette mascarade», a-t-il lancé avant de quitter les travaux de la commission.

Emmanuel Macron und sein Sicherheitschef Alexandre Benalla während der Wahlkampagne im Jahr 2017 (Archivbild) - Sputnik France
«Chiche, M. Le Président!»: la Toile étrille la réaction de Macron à l’affaire Benalla
Le Président Macron est sorti mardi de son silence sur l'affaire Alexandre Benalla en prenant la parole devant des membres du gouvernement et des députés de la République en Marche réunis à la Maison de l'Amérique latine, à Paris, à l'occasion de la fin de session parlementaire. Ainsi, M.Macron a affirmé qu'il était le seul responsable des événements du 1er mai.

Alexandre Benalla, collaborateur du Président français dont le licenciement a été annoncé le 20 juillet, avait été filmé le 1er mai à Paris en train de frapper des manifestants alors qu'il était présent en tant qu'observateur auprès des forces de l'ordre.

Il a été placé en garde à vue pour violences et usurpation de fonction. Le domicile d'Alexandre Benalla à Issy-les-Moulineaux a été perquisitionné le 21 juillet au matin. Les gardes à vue des cinq suspects, dont celle d'Alexandre Benalla, collaborateur d'Emmanuel Macron ont été levées le 21 juillet. Dimanche, le parquet de Paris a annoncé la mise en examen pour «violences en réunion» d'Alexandre Benalla et des quatre autres protagonistes de l'affaire.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала