Une substance capable «d’endormir» les cellules cancéreuses inventée

CC BY 2.5 / Vojtech.dostal / Embryonic Stem CellsCellule souche
Cellule souche - Sputnik France
Une substance qui serait capable «d’endormir» les cellules cancéreuses a été inventée par des scientifiques australiens. Ils sont maintenant en train de créer un médicament à base de cette découverte qui sera utilisé lors de traitements oncologiques.

Zika, une arme potentielle contre le cancer du cerveau? - Sputnik France
Une substance connue dans l’Egypte ancienne aiderait à lutter contre le cancer
Des scientifiques australiens ont annoncé avoir inventé une nouvelle substance capable de neutraliser les cellules cancéreuses. Ils ont publié leur étude dans la revue Nature.

Selon les chercheurs, la nouvelle substance interagit avec les protéines KAT6A et KATB6 qui jouent un rôle essentiel dans le développement des cellules cancéreuses.

Afin de prouver leur découverte, les scientifiques ont mené des tests sur des souris de laboratoire souffrant d'un cancer du sang. D'après les résultats, la durée de vie de ces animaux a été multipliée par quatre grâce à la suppression de ces protéines par la nouvelle substance. Cette dernière a aussi empêché la division et la diffusion des cellules cancéreuses, sans endommager l'ADN des cellules saines.

Les méthodes les plus répandues actuellement pour traiter le cancer sont la chimiothérapie et la radiothérapie, qui en fait causent de sérieux dommages aux cellules saines, ce qui provoque une perte des cheveux, la réduction de l'immunité chez les patients, ainsi que l'infertilité.

Médecine - Sputnik France
Élaboration en Russie d’un traitement du cancer destiné à remplacer la chimiothérapie

«La nouvelle substance prive tout simplement les cellules cancéreuses de la capacité de lancer le cycle cellulaire. Techniquement, cela s'appelle le vieillissement cellulaire. Les cellules ne meurent pas mais elles ne sont plus capables de se diviser et de se multiplier. Ainsi, les cellules cancéreuses "s'endorment" pour toujours», a fait savoir la professeure Anne Voss qui a participé à l'étude.

Actuellement, les scientifiques sont en train de développer un médicament sur la base de la substance découverte. Ils supposent qu'il pourrait être particulièrement utile pendant le traitement post-rémission qui suit le traitement de première intention des maladies oncologiques.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала