Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

La sécurité «draconienne» à Brégançon protégera-t-elle les Macron de leurs voisins agacés?

© REUTERS / Etienne Laurent/PoolFrench President Emmanuel Macron (L) and Chief of the Defence Staff, French Army General Pierre de Villiers arrive for the annual Bastille Day military parade on the Champs-Elysees in Paris, France, July 14, 2017.
French President Emmanuel Macron (L) and Chief of the Defence Staff, French Army General Pierre de Villiers arrive for the annual Bastille Day military parade on the Champs-Elysees in Paris, France, July 14, 2017. - Sputnik France
S'abonner
Les vacances du couple Macron semblent s'éterniser. En tout cas pour leurs voisins. Le dispositif de sécurité mis en place pour protéger la résidence du couple présidentiel s'est retrouvé au cœur d'une vive polémique.

Le fort de Brégançon est sur toutes les lèvres. Aujourd'hui, ce sont les principaux concernés, les voisins proches d'Emmanuel et Brigitte Macron, qui se sont indignés du dispositif de sécurité «draconien» dans la résidence d'État.

Yves Pozzo di Borgo semble être familier de ce type de paranoïa et le considère comme déstabilisant pour l'État:

Les utilisateurs ne semblent pas du tout apprécier ces mesures de sécurité excessives et certains se rappellent l'affaire de l'ex-collaborateur du Président.

Le fort de Brégançon dispose de sa propre plage mais les riverains semblent frémir à l'idée qu'on puisse interdire l'accès à la plage publique à proximité du fort de Brégançon qu'ils apprécient tant. Actuellement, cette petite plage est envahie de paparazzis.

Actuellement, les habitants de la commune de Bormes-les-Mimosas, s'ils ont l'intention de faire du bateau, de la planche à voile ou du canot pneumatique sont agacés par l'interdiction d'approcher le fort à moins de 300 mètres. Bien que cette mesure ait toujours existé, la grogne semble s'accroître de jour en jour… et même chez ceux qui n'habitent pas près du couple:

Un autre sujet qui fait l'objet de débat est celui de la question financière.

Enfin, certains se sont souvenus du 10 août 1792, jour de l'abolition de la monarchie, et ont ironisé sur une nouvelle restauration.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала