Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Identifier les pédophiles par leurs mains est désormais possible

S'abonner
Des médecins légistes britanniques ont trouvé un moyen d’identifier les pédophiles grâce aux images de leurs mains et cette méthode a déjà permis de mettre un pédophile derrière les barreaux.

Il est désormais possible d’identifier les pédophiles d’après des photos ou vidéo où on ne voit que leurs mains, d’après un documentaire intitulé «Les mains qui ont condamné un pédophile» diffusé par la chaîne de télévision BBC.

Londres, parlement britannique - Sputnik France
Sombre page de l’histoire britannique: ce Premier ministre accusé de pédophilie
La méthode repose sur l’analyse comparative des pigments de la peau, des cicatrices, des plis et des veines sur les mains.

Le documentaire raconte comment l’anthropologue légiste Sue Black, invitée à aider la police en 2014 dans le cadre d’une enquête sur des viols d’enfants à Manchester, a réussi à démontrer l’implication d’un suspect.

Le crime en question comprenait des images trouvées sur un ordinateur appartenant à un habitant de Manchester, Jeremy Oketch. La vidéo montrait un homme en train d’abuser d’une fille de deux ans. On ne voyait pas le visage du pédophile. Les enquêteurs étaient certains que M.Oketch était coupable, après l’avoir interrogé en juillet 2014. Mais ils craignaient qu’il soit relâché, s’il ne passe pas aux aveux.

Policiers australiens - Sputnik France
La police australienne a géré pendant un an un forum de pédophiles
Mme Black, qui est spécialiste d’analyse des traits anatomiques, a comparé les photos des mains de Jeremy Oketch avec des images de la vidéo, avant de prouver qu’il s’agissait des mêmes mains. La présence de pigments sombres sous un ongle et d’une empreinte spécifique sur une main ont poussé le pédophile à plaider coupable. Il a été condamné à 15 ans de prison en 2015.

«Si nous arrivons à automatiser ces procédés d’étude, nous pourrons utiliser ces algorithmes sur des millions d’images conservées dans les bases de données par les forces de police du monde entier», a déclaré Mme Black citée par la BBC.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала