Un Canadien vole près de 2.300 km dans la mauvaise direction après s'être trompé d’avion

Un Canadien de Winnipeg a pris le mauvais avion et s’est retrouvé à près de 2.300 km de sa destination initiale. Beau joueur, il a réagi à sa mésaventure avec légèreté.

Un habitant de Winnipeg qui devait se rendre à Inuvik, dans les Territoires du Nord-Ouest, a pris le mauvais avion et s'est retrouvé à Iqaluit, soit à près de 2.300 km à l'est de sa destination initiale.

Christopher Paetkau, photographe et réalisateur de films, devait se rendre de Yellowknife, chef-lieu des Territoires du Nord-Ouest, à Inuvik situé à trois heures de vol et à 1.100 km de distance vers le nord-ouest.

À l'aéroport de Yellowknife, il a constaté que les ordinateurs ne fonctionnaient pas et que le personnel entrait manuellement les données des billets.
Ayant emprunté une porte d'embarquement, il a vu qu'il y avait trois avions sur le tarmac, et trois appels à l'embarquement en même temps. Ainsi, quand d'autres passagers se sont mis à bouger, il a décidé que c'était son vol.

«J'ai donc suivi les gens comme un mouton» a-t-il raconté à la CBS.

Christopher Paetkau a compris son erreur quand l'avion a atterri pour un réapprovisionnement en carburant.

Un Airbus A330 en train de décoller - Sputnik France
La police allemande se trompe d'avion à évacuer suite à une alerte à la bombe
Il a demandé à un membre du personnel de bord combien de temps il restait avant d'arriver à Inuvik.

«L'hôtesse a eu l'air choqué. Elle m'a répondu: "De quoi parlez-vous? Nous n'allons pas à Inuvik, nous allons à Iqaluit."», a-t-il confié.

Malgré son erreur, Christopher Paetkau a passé un bon moment dans l'avion, signalant que le personnel avait tout fait pour l'aider.

​«Si j'avais voulu être en colère contre eux, j'aurais pu, mais ils ont fait tout ce qu'ils pouvaient», a-t-il poursuivi.

«On est devenus de bons potes, en quelque sorte! Mais on a été dans les airs pendant 14 heures, le plus long vol de ma vie», a-t-il ajouté.

L'incident a été commenté par un porte-parole de First Air, la compagnie aérienne qui assurait le vol.

«Bien que nous soyons heureux que M.Paetkau ait pu " tirer le meilleur parti de la situation " et que nous ayons pu rendre son voyage aussi agréable que possible avec notre personnel, nous prenons cette question très au sérieux. La compagnie aérienne examine comment l'incident a pu se produire en premier lieu», a-t-il déclaré dans un communiqué à la CBC.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала