Le sort des harkis au cœur de l’actualité politique française de la rentrée?

À la fin du mois de septembre prochain, les autorités françaises devraient faire connaître les mesures qu’elles envisagent de proposer pour les harkis, ces supplétifs algériens de l’armée française durant la guerre d’Algérie, croit savoir le Journal du Dimanche.

Une sentinelle devant le monument de l'Indépendance à Alger - Sputnik France
Restitution des biens des colons et retour des harkis: quand Paris fait pression sur Alger
Le gouvernement français devrait annoncer à la fin du mois de septembre des mesures en faveur des harkis, ces supplétifs algériens de l'armée française qui ont participé à la guerre d'Algérie, indique le Journal du Dimanche (JDD) dans son édition du 19 août. Avant que le cabinet d'Edouard Philippe n'expose son projet, Emmanuel Macron devrait s'exprimer sur la reconnaissance par le Parlement de leur sort ainsi que sur l'enseignement à l'école secondaire du conflit qui s'est achevé par l'indépendance de l'Algérie.

«Je pense que ça peut être un axe intéressant à proposer», a expliqué au JDD Geneviève Darrieussecq, la secrétaire d'État auprès de la ministre des Armées, qui a reçu en juillet un rapport du groupe de travail harkis contenant une cinquantaine de recommandations, dont celle préconisant un vote du Parlement français sur la reconnaissance du sort des harkis après la guerre d'Algérie.

Comme l'a souligné le média, Mme Darrieussecq a l'intention de soumettre le sujet à la rentrée à Emmanuel Macron et à Édouard Philippe.

«Rien n'est fait, les choses seront décidées en septembre», a indiqué la secrétaire d'État. Elle souhaite dévoiler une série d'annonces le 25 septembre, à l'occasion de la journée nationale d'hommage aux harkis, précise le JDD.

En outre, toujours selon le média, le rapport recommande de rendre obligatoire l'enseignement de la guerre d'Algérie au collège et au lycée, aujourd'hui optionnel sauf en première générale.

La communauté des harkis, Algériens engagés dans l'armée française durant la guerre d'Algérie (1954-1962) sans avoir le statut de militaires, réclame depuis longtemps la reconnaissance de son histoire. Après la signature le 18 mars 1962 des accords d'Évian, entre 55.000 et 75.000 harkis, selon les historiens, ont été abandonnés de l'autre côté de la Méditerranée où ils ont été victimes de représailles de la part des nationalistes.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала