Sergueï Lavrov qualifie de «bons fantaisistes» les auteurs de l’affaire Skripal

© Sputnik . Grigoriy Sisoev / Aller dans la banque de photosSergueï Lavrov
Sergueï Lavrov - Sputnik France
Commentant les récentes déclarations des autorités britanniques dans le cadre de l’affaire Skripal, le ministre russe des Affaires étrangères a affirmé que ceux qui accusaient la Russie d’être impliquée dans l’empoisonnement à Salisbury étaient des «fantaisistes» qui puisaient leurs idées sur la Toile.

Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a été d’accord avec des journalistes qui ont qualifié de «bons fantaisistes» les inventeurs de la théorie selon laquelle ce serait les services secrets russes qui auraient empoisonné Sergueï Skripal et sa fille Ioulia à Salisbury.

В Солсбери приступили к очистке связанных с отравлением Скрипалей мест - Sputnik France
L’affaire Skripal et le journal Le Monde: lorsque le journalisme passe à la trappe

À la question de savoir où les Britanniques puisent ces idées, le ministre a désigné comme source le Net.

«Comme tout le monde, ils le trouvent sur internet», a plaisanté le diplomate.

La police de sa Majesté a publié ce mercredi des photos des Russes suspectés dans l'empoisonnement de Sergueï Skripal et sa fille Iulia à Salisbury. Le ministère russe des Affaires étrangères souligne que ni les noms ni les photos des suspects «ne disent quoi que ce soit à Moscou». D'ailleurs, le gouvernement britannique n'exclut pas qu'il puisse s'agir de pseudonymes.

L'ex-agent double russe Sergueï Skripal et sa fille Ioulia ont été empoisonnés en mars à Salisbury. Ils ont été retrouvés inconscients aux abords d'un centre commercial. Une semaine plus tard, la Première ministre britannique, Theresa May, avait accusé la Russie d'être derrière leur empoisonnement.

La Russie a toujours démenti les allégations de Londres. Début avril, les chercheurs du laboratoire britannique de Porton Down avaient reconnu ne pas être en mesure d'établir le pays d'où provenait l'agent innervant utilisé dans la tentative d'assassinat. Le gouvernement russe a à plusieurs reprises demandé à Londres de lui permettre de participer à cette enquête.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала