Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

«Abattre une balle avec une balle»: Washington cherche à intercepter le Kinjal russe

© Ministère russe de la Défense / Aller dans la banque de photosTir de Kinjal
Tir de Kinjal - Sputnik France
S'abonner
Préoccupé par le développement actif d’armes hypersoniques en Russie et en Chine, Washington cherche des moyens pour répondre à ce défi. L'Agence américaine pour les projets de recherche avancée de défense (DARPA) propose d’utiliser des intercepteurs à énergie cinétique.

Le Pentagone - Sputnik France
Les États-Unis incapables de se protéger contre les armes russes?
À l'occasion de son 60e anniversaire, la DARPA a présenté son programme Glide Breaker pour contrer les armes hypersoniques, y compris les missiles russes Kinjal et des élaborations chinoises.

«Le programme Glide Breaker a pour objectif d'élargir les capabilités de protection des États-Unis contre les armes hypersoniques et toute la classe des menaces hypersoniques», a indiqué la DARPA dans un communiqué.

Les concepteurs de ce programme proposent d'abattre les missiles hypersoniques au moyen d'une frappe à énergie cinétique d'un intercepteur, signale The Drive.

​En reconnaissant la menace croissante de ce type d'armements, le portail constate que l'idée proposée par les experts américains n'est pas un remède. Cette méthode ressemble à une tentative d'abattre une balle, «qui peut changer imprévisiblement sa trajectoire», avec une autre balle. De plus, un missile hypersonique vole cinq fois plus vite que le son. Cette vitesse réduit le temps de réaction des capteurs qu'importe leur puissance. En situation de guerre, ce temps diminue parce que l'arme hypersonique peut être lancée à une distante moindre d'une cible.

Militaires chinois - Sputnik France
La Chine présente un missile hypersonique à double vocation (vidéo)
Les systèmes de lutte antimissiles existants pourraient théoriquement être adaptés pour abattre des engins hypersoniques, ajoute The Drive. Pour cela, ils devraient être intégrés dans des armes spatiales. Toutefois, un réseau fiable diversifié de capteurs sera nécessaire pour prévenir d'une attaque hypersonique, surveiller les missiles et lancer précisément les intercepteurs.

En dehors de la proposition de la DARPA, un autre projet de défense hypersonique est développé par l'Agence de défense antimissile (Missile Defense Agency, MDA), dont le coût est de près de 700 millions de dollars.

Quoi qu'il en soit, à l'heure actuelle, Washington ne dispose pas d'une réponse adéquate à cette menace, constate The Drive en rappelant les mots du sous-secrétaire américain à la Défense Michael Griffin, qui avait déjà proposé de placer des missiles en orbite pour contrer la menace hypersonique.

«Aujourd'hui, nous n'avons pas de systèmes qui nous donnerons une connaissance globale, compréhensible, persistante, opportune de ce qui se passe partout dans le monde», a déclaré Griffin le 5 septembre.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала