La police britannique dépêchée à Salisbury après que deux personnes sont tombées malades

© AP Photo / Frank AugsteinSiergiej Skripal wraz z córką zostali znalezieni 4 marca nieprzytomni na ławce w Salisbury.
Siergiej Skripal wraz z córką zostali znalezieni 4 marca nieprzytomni na ławce w Salisbury. - Sputnik France
La police britannique a été dépêchée dans un restaurant à Salisbury après que deux personnes étaient tombées malades, a indiqué l'agence Reuters ce dimanche.

Le Kremlin de Moscou - Sputnik France
Moscou: les suspects de l'affaire Skripal ne sont aucunement liés à Poutine ou au Kremlin
Dans la ville britannique de Salisbury, où l'ex-espion russe Sergueï Skripal et sa fille avaient été empoisonnés en mars, la police a été appelée dans un restaurant après que deux personnes sont tombées malades, annonce l'agence Reuters.

«La police a été appelée par le service d'ambulances à Prezzo, High Street à Salisbury, après un incident médical avec deux personnes, un homme et une femme», indique la police de Wiltshire.

Сe restaurant et ses environs ont été bouclés.

«Par précaution, le restaurant a été fermé, les routes adjacentes sont bloquées, alors que les policiers se trouvent sur les lieux et déterminent les circonstances de la détérioration de l'état [de ces gens, ndlr]», ajoute le communiqué.

Les deux personnes sont conscientes et les ambulanciers leur prodiguent l'aide nécessaire, a affirmé par la suite la chaîne Sky News.

Maria Zakharova - Sputnik France
Maria Zakharova brise en mille morceaux l’enquête sur les suspects de l’affaire Skripal
La police britannique a lancé ce mercredi dernier un mandat d'arrêt contre Alexandre Petrov et Rouslan Bochirov, deux ressortissants russes suspectés d'implication dans l'empoisonnement de l'ex-agent double Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia. Ceux-ci ont été retrouvés inconscients aux abords d'un centre commercial. Une semaine plus tard, la Première ministre britannique, Theresa May, avait accusé Moscou d'être derrière leur empoisonnement.

La Russie a toujours démenti les allégations de Londres. Début avril, les chercheurs du laboratoire britannique de Porton Down avaient reconnu ne pas être en mesure d'établir le pays d'où provenait l'agent innervant utilisé dans la tentative d'assassinat. Le gouvernement russe a à plusieurs reprises demandé à Londres de lui permettre de participer à cette enquête.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала