Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Expulsion de migrants: Alger et Berlin sur la même longueur d’onde, mais à une condition

S'abonner
L’Algérie est prête à recevoir tous ses ressortissants vivant en Allemagne en situation irrégulière si leur identité algérienne était établie, et quel que soit leur nombre. C’est ce qu’a déclaré le Premier ministre du pays ce lundi à Alger, à l’occasion de la visite officielle de la chancelière allemande Angela Merkel.

Lors d'une conférence de presse conjointe avec la chancelière allemande Angela Merkel, en visite officielle, le 17 septembre, à Alger, le Premier ministre algérien Ahmed Ouyahia a affirmé que l'Algérie accueillera tous ses ressortissants en situation irrégulière en Allemagne s'ils sont expulsés, quel que soit leur nombre.

«Je vous confirme que l'Algérie récupérera ses enfants, qu'il s'agisse de 3.000 ou de 5.000» personnes, a affirmé le Premier ministre algérien, à condition que l'«identification» de leur nationalité soit faite.

Le Président de la République algérienne Abdelaziz Bouteflika - Sputnik France
Corruption en Algérie: des généraux-majors sous le rouleau compresseur de Bouteflika
Tout en affirmant que son pays tenait à renforcer ses excellentes relations avec l'Allemagne, M. Ouyahia a souligné que l'Algérie souhaitait «évacuer le plus tôt possible ce dossier des relations» entre les deux pays.

S'exprimant sur les conditions de rapatriement des ressortissants algériens, le responsable a rappelé que son pays s'opposait à l'utilisation de vols charters et appelé Berlin «à convaincre la compagnie allemande Lufthansa de participer à leur rapatriement».

Bouteflika - Sputnik France
Algérie: le général Toufik sera-t-il un concurrent de Bouteflika à l’élection de 2019?
Pour sa part, Angela Merkel a martelé «la volonté de Allemagne d'accueillir ceux qui ont de bonnes raisons de fuir leur pays», comme les Irakiens ou les Syriens. Pour ces derniers, la chancelière allemande a réaffirmé la disponibilité de son pays à leur fournir «un droit au séjour» et «la possibilité de travailler».

Concernant les migrants qui ne sont pas éligibles à un titre de séjour, Mme Merkel a souligné qu'«on s'attend à ce que […] l'État [allemand, ndlr] puisse agir». «À cette fin, nous avons besoin de partenaires qui sont d'accord avec nous et l'Algérie en est un», a-t-elle ajouté.

En conclusion, et rappelant que l'Algérie a été récemment classée «pays sûr» dans un projet de loi initié par le gouvernement allemand, la chancelière allemande a assuré que Berlin allait «mettre en œuvre les demandes d'extraditions présentées par la justice algérienne».

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала