Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Moscou prévoyait d’exfiltrer Julian Assange du Royaume-Uni? L’ambassade russe rétorque

© Sputnik . Alex McNotton / Aller dans la banque de photosAssange
Assange - Sputnik France
S'abonner
L’ambassade de Russie au Royaume-Uni a commenté une récente publication de The Guardian portant sur un présumé projet de Moscou de faire fuir Julian Assange vers un pays étranger.

L’ambassade russe au Royaume-Uni a démenti les suppositions du journal britannique The Guardian, selon lesquelles des diplomates russes auraient projeté d’aider le fondateur du site WikiLeaks, Julian Assange, à fuir le pays l’année dernière. 

«Encore un exemple de désinformation et de fake news de la part des médias britanniques», informe la représentation diplomatique sur son compte Twitter, accompagnant cette publication du lien vers l’article de The Guardian. 

​D’après le journal, un projet d’opération fixée à la veille de Noël 2017 prévoyait de transporter Julian Assange à bord d’un véhicule diplomatique vers un autre pays, probablement la Russie. Il n’avait en outre pas été exclu d’envoyer le lanceur d’alerte à bord d’un navire vers l’Équateur. Mais ce plan, jugé trop risqué, a fini par être rejeté, informe The Guardian. 

Julien Assange - Sputnik France
Assange énonce sa condition pour coopérer avec Londres
Pour rappel, le fondateur de WikiLieaks, âgé de 47 ans, avait trouvé asile dans l'ambassade équatorienne à Londres pour échapper à une extradition vers la Suède où il était recherché pour viol et agression sexuelle. Bien que ces poursuites aient été abandonnées en 2017, le tribunal de Westminster a maintenu le mandat d'arrêt contre M.Assange, indiquant qu'il avait été délivré quand celui-ci avait enfreint les conditions de sa liberté sous caution. 

En cas d'arrestation, Julian Assange craint d'être extradé vers les États-Unis où il est poursuivi pour la divulgation de nombreux secrets militaires et documents diplomatiques américains.

En janvier 2018, le gouvernement équatorien avait annoncé être à la recherche d'une «médiation» en vue de trouver un accord avec Londres sur la situation «insoutenable» de M. Assange.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала