Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Santé de Bouteflika, crimes coloniaux: le torchon brûle-t-il entre Alger et Paris?

© AFP 2021 RYAD KRAMDI Abdelaziz Bouteflika
Abdelaziz Bouteflika - Sputnik France
S'abonner
Le recensement des crimes commis contre le peuple algérien par le colonialisme français de 1830 à 1962 a commencé en Algérie. C’est ce qu’a annoncé le ministre algérien des Moudjahidines, le 23 septembre, à Constantine, sur fond de polémique sur la légitimité historique et la santé de Bouteflika déclenchée par l’ex-chef de la DGSE.

L'Algérie a commencé à recenser tous les crimes perpétrés contre le peuple algérien par le colonialisme français de 1830 à 1962. C'est ce qu'a affirmé, le 23 septembre, Tayeb Zitouni, le ministre algérien des Moudjahidines (des Anciens combattants), à Constantine, en soulignant que c'est le Centre d'études et de recherche sur le mouvement national et la révolution de libération nationale (1954/1962) qui a été chargé par son département de mener cette opération, selon l'Algérie Presse Service (APS).

L'objectif de ce recensement est de «faire connaître au peuple algérien les crimes qui avaient été commis à son encontre durant cette période», a déclaré le ministre lors d'une conférence de presse en marge de sa visite au premier quartier-général du commandement de la wilaya II historique, à l'occasion du 62ème anniversaire de la mort du chef révolutionnaire, le colonel Zighoud Youcef.

L'évocation de la France «rappelle les montagnes de crânes et le sang versé à flots», a-t-il ajouté en précisant que l'Algérie «recherche à ce jour ses chouhada [ses martyrs, ndlr] dans les grottes pour les enterrer».

Le Président Abdelaziz Bouteflika - Sputnik France
Ancien chef de la DGSE: le Président Bouteflika «est maintenu en vie artificiellement»
Concernant la question de l'écriture de l'histoire, M. Zitouni a souligné qu'il «existe aujourd'hui une prise de conscience de la nécessité d'écrire l'histoire et de s'intéresser à ses artisans», tout en rappelant que «l'Algérie a payé un lourd tribut pour arracher son indépendance».

Dans ce sens, le responsable a affirmé que des scientifiques, des intellectuels, des historiens et des chercheurs universitaires ont été associés à cette opération de recensement. Tayeb Zitouni a aussi fait état de la constitution d'une autre équipe qui œuvre à «recenser ce qu'a laissé le colonialisme français après 1962 de bombes, de mines et de fils barbelés le long des lignes Challe et Morice [aux frontières Est et ouest de l'Algérie, ndlr] qui ont continué de faire des victimes jusqu'à fin 2016». «L'Armée nationale populaire (ANP), a nettoyé le territoire national des mines antipersonnel», a-t-il souligné.

Une sentinelle devant le monument de l'Indépendance à Alger - Sputnik France
Restitution des biens des colons et retour des harkis: quand Paris fait pression sur Alger
«La légitimité historique est un levier par lequel le pouvoir algérien gouverne le pays et le Président Abdelaziz Bouteflika est extrêmement malade». C'est ce qu'a affirmé ce vendredi 21 septembre Bernard Bajolet, ancien chef de la DGSE sous Nicolas Sarkozy et ex-ambassadeur de France en Algérie, dans un entretien donné au Figaro.

S'exprimant sur l'avenir des relations algéro-françaises, M. Bajolet estime que celles-ci vont connaître une «évolution à petits pas». «Et c'est pour deux raisons: la première tient à un problème de génération. La nomenclature algérienne, issue ou héritière de la guerre d'Algérie, a toujours besoin de se légitimer en exploitant les sentiments à l'égard de l'ancienne puissance coloniale», a-t-il expliqué.

Emmanuel Macron - Sputnik France
Après Maurice Audin, Macron reconnait et réhabilite les harkis dans leurs droits
Selon lui, «la seconde raison est plus conjoncturelle: le Président Bouteflika, avec tout le respect que j'éprouve pour lui, est maintenu en vie artificiellement. Et rien ne changera dans cette période de transition».

Le Président Bouteflika «dirige le pays comme un maestro», a indiqué Djamel Ould Abbès, Le secrétaire général du Front de libération nationale (FLN), le samedi 22 septembre, lors d'une conférence de presse en marge de sa rencontre avec les responsables régionaux de son parti à Alger. Des propos interprétés par certains journaux algériens comme une réponse à ceux tenus par l'ancien diplomate français à propos de l'état de santé du Président Bouteflika.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала