Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Réfugiés Sahraouis en Algérie: Rabat évalue les conditions de vie assurées par Alger

S'abonner
Le chef du gouvernement marocain, Saâd Eddine El Othmani, a accusé ce mardi à l’Onu l’Algérie de manquer à son devoir envers les réfugiés sahraouis se trouvant sur son territoire à Tindouf. C’est ce qu’a indiqué le site Le360, ajoutant que le représentant considère que c’est Alger qui entretien le conflit au Sahara occidental.

Intervenant ce mardi 25 septembre à la 73e Assemblée générale de l'Onu en sa qualité de représentant du roi Mohammed VI, Saâd Eddine El Othmani, chef du gouvernement marocain, a accusé l'Algérie de négligence envers les réfugiés sahraouis se trouvant sur son territoire dans les camps de Tindouf. C'est ce qu'a rapporté ce mercredi le site d'information marocain Le360, soulignant que le responsable avait également pointé du doigt le rôle d'Alger dans l'entretien du conflit au Sahara occidental.

Selon le média, le chef du gouvernement marocain a évoqué dans son allocution «"la situation tragique dans laquelle vivent les séquestrés" des camps de Tindouf [dans le sud-ouest algérien, ndlr], en pointant "la responsabilité politique, juridique et humanitaire" qu'assume l'Algérie en sa qualité de pays abritant ces camps».

Dans ce sens, «nous appelons la communauté internationale à inciter l'Algérie à assumer pleinement sa responsabilité en autorisant le HCR [le Haut-commissariat des réfugiés de l'Onu, ndlr] à enregistrer et à recenser cette population conformément aux résolutions du Conseil de sécurité et en réponse aux appels du secrétaire général de l'Onu et des organisations humanitaires spécialisées», a ajouté M. El Othmani.

Le département d'État - Sputnik France
Sahara occidental: les USA jouent-ils un double jeu?
Évoquant la périlleuse nécessité de régler le conflit au Sahara occidental, le responsable marocain, a souligné la nécessité de «"trouver un règlement politique durable", invitant le régime algérien à assumer "sa responsabilité historique et politique" sachant que ce dernier "continue d'entretenir ce conflit"».

Pour rappel, une lettre d'entente pour assurer la couverture des besoins alimentaires des réfugiés sahraouis avaient été signée le 21 mars par le Secrétaire général du ministère algérien des Affaires étrangères, Abdelhamid Senouci Bereksi, et le directeur des pays représentants du Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations unies, David Beasley, selon l'Algérie Presse Service.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала