Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Le Kremlin commente de nouveaux détails dans l’affaire Skripal

© Sputnik . Natalia Seliverstova / Aller dans la banque de photosLe Kremlin
Le Kremlin - Sputnik France
S'abonner
Commentant les nouveaux détails dans l’affaire Skripal, le porte-parole du Président russe a déclaré qu'il n'avait pas d'informations sur l'identité de l'homme identifié par la nouvelle enquête.

Le porte-parole du Président russe, Dmitri Peskov, a déclaré ne pas disposer d'informations concernant l'identité de l'homme confondu par la nouvelle enquête sur l'affaire Skripal.

Il a promis que le Kremlin vérifierait les documents concernant «l'enquête» de Bellingcat et de The Insider sur ceux qu'ils identifient en tant que responsables de l'empoisonnement des Skripal, et notamment leurs affirmations selon lesquelles Rouslan Bochirov répondrait en réalité au nom d'Anatoli Tchépiga et serait un ancien colonel de l'armée russe.

«Nous vérifierons sans aucun doute les nouvelles sur ce militaire, nous vérifierons les listes de tous ceux qui ont été décorés», a-t-il précisé.

Russian Foreign Ministry Spokesperson Maria Zakharova during a briefing in Moscow - Sputnik France
«Intox» à un moment bien choisi: Moscou sur le nouveau tournant dans l'affaire Skripal
Il a ajouté qu'il ne savait pas «si le colonel [Tchépiga, ndlr] existait» et «qu'il vaudrait mieux poser cette question au ministère de la Défense».

Dmitri Peskov a fait remarquer que Moscou «se basait toujours sur les informations rendues publiques par le Président et énoncées par les deux citoyens russes» Rouslan Bochirov et Alexandre Petrov.

Il n'a pas commenté l'affirmation des auteurs de l'enquête qui estiment que Rouslan Bochirov et Anatoli Tchépiga seraient en fait le même homme.

«Je ne dispose pas de telles informations et ne peut par conséquent pas vous dire quoi que ce soit, ni positif, ni négatif», a-t-il noté.

Toujours selon Dmitri Peskov, «tout comme vous, nous avons pris connaissance de cette enquête qui a été relayée par les médias et qui indique que certains se ressembleraient».

«Nous n'avons pas d'informations sur l'identité du deuxième citoyen, nous nous basons sur les données qui ont été rendues publiques [par le Président, ndlr]. Comment voulez-vous encore que je vous aide?», a-t-il plaidé.

Interpol - Sputnik France
Les noms des présumés «suspects» de l’affaire Skripal introuvables sur le site d’Interpol
Vladimir Poutine dispose pour sa part de données selon lesquelles Rouslan Bochirov, impliqué par Londres dans l'affaire Skripal, serait en fait un civil, a-t-il souligné.

«Il dispose de telles informations», a déclaré Dmitri Peskov en répondant à un journaliste qui voulait savoir pourquoi le Président était convaincu que Rouslan Bochirov était un civil.

Le site Bellingcat, qui a déjà fait paraître d'autres articles manquant de preuves irréfutables, a affirmé mercredi que Rouslan Bochirov, ressortissant russe suspecté par Londres d'implication dans l'empoisonnement de l'ex-agent double Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia, serait «en réalité» un colonel des services russes de renseignement militaire, le GRU, répondant au nom d'Anatoli Tchépiga.

L'hôtel d'Alexandre Petrov et Rouslan Bochirov - Sputnik France
Le ministère russe de l’Intérieur commente «l’enquête» de Bellingcat sur l’affaire Skripal
Selon un article publié par le site Bellingcat en coopération avec Insider, Rouslan Bochirov serait né le 5 mai 1979 dans le village de Nikolaïevka, dans la région de l'Amour (Extrême-Orient russe), et aurait servi à Khabarovsk dans la 14e brigade des troupes d'élite relevant du GRU.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a indiqué pour sa part que «l'affaire Skripal» volait en éclats en raison de l'absence de quelque preuve que ce soit de la culpabilité de Moscou. Le ministère a présenté au Foreign Office une soixantaine de notes diplomatiques pour exiger d'accorder à la Russie l'accès à l'enquête et aux citoyens russes impliqués, demander une aide juridique et proposer une coopération, notamment pour organiser une enquête commune. Toutefois, les autorités britanniques n'y ont pas réagi.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала