Il y a 80 ans, les Accords de Munich démembraient la Tchécoslovaquie

© AFP 2022 StaffVerhandlungen der Staatschefs von Großbritannien, Frankreich, Italien und Drittem Reich vor der Unterzeichnung des Münchner Abkommens in Berchtesgaden
Verhandlungen der Staatschefs von Großbritannien, Frankreich, Italien und Drittem Reich vor der Unterzeichnung des Münchner Abkommens in Berchtesgaden - Sputnik France
Le 30 septembre 1938, les dirigeants de l'Allemagne, de l'Italie, du Royaume-Uni et de la France signaient un accord sur l'annexion des territoires de la Tchécoslovaquie au profit de trois puissances: le IIIe Reich, la Pologne et la Hongrie.

En faisant cette concession aux nazis, les Britanniques et les Français espéraient éviter un conflit en Europe, mais cette politique de pacification n'a fait qu'ouvrir l'appétit d'Adolf Hitler: les résultats de la Conférence de Munich sont considérés par de nombreux historiens comme le prologue de la Seconde Guerre mondiale, écrit le site d'information Gazeta.ru.

Avec ce texte, Hitler avait réussi à élargir pour la troisième fois son territoire — après la Sarre et l'Autriche — sans recourir à la force militaire. Et les événements qui ont suivi ont montré que le calcul des alliés était complètement erroné.

Exposition «Munich 38» à Moscou: «Plan de guerre contre la Tchécoslovaquie» - Sputnik France
Exposition «Munich 38» à Moscou: «Plan de guerre contre la Tchécoslovaquie» (photos)
Dans l'historiographie soviétique, cet événement politique controversé est appelé «complot de Munich» — les régimes démocratiques et totalitaires s'étaient unis dans leur croisade contre le communisme.
L'accord était interprété comme la préparation non déclarée à une guerre contre l'URSS, qui soutenait publiquement l'intégrité territoriale de la Tchécoslovaquie et se disait prête à lui apporter son soutien.

Le sort de la Tchécoslovaquie a été déterminé sans elle. A 12h30, le 29 septembre, se réunissaient Hitler, Benito Mussolini — son allié le plus proche et leader des fascistes italiens — ainsi que les premiers ministres de la France Edouard Daladier et du Royaume-Uni Neville Chamberlain. Ce dernier avait garanti aux Tchécoslovaques la participation aux débats, mais n'a pas tenu sa promesse. Les représentants du pays déchiré ont été informés de la décision des quatre puissances après les faits.

En réalité, tout avait été décidé encore plus tôt — à l'issue de la rencontre entre Hitler et Chamberlain le 15 septembre à Berchtesgaden, puis les 22 et 23 septembre à Bad-Godesberg.

Japan's Finance Minister Taro Aso speaks during a opening session at the lower house of Parliament in Tokyo, Monday, Jan. 26, 2015 - Sputnik France
Le vice-Premier ministre japonais admet la justesse des motifs d'Hitler
Cherchant à retourner l'agression allemande contre l'URSS, le Premier ministre britannique avait déjà accepté à l'époque l'exigence du Führer d'annexer les Sudètes, selon le journal. La diplomatie britannique jouait alors le rôle d'intermédiaire, ne faisant que transmettre aux Tchécoslovaques la volonté de l'Allemagne. C'est le Président américain Franklin Roosevelt qui a dévoilé la position de Chamberlain, dont il avait été informé par l'ambassadeur du Royaume-Uni.

A une heure du matin, le 30 septembre 1938, après la mise au point de tous les détails, le document a été signé par Hitler, Daladier, Mussolini et Chamberlain (dans cet ordre précis), après quoi la délégation tchécoslovaque a été autorisée à entrer dans la salle. Le jour même, les dirigeants allemand et britannique ont signé une déclaration de non-agression. Le 6 décembre, un pacte similaire était signé avec le IIIe Reich par les Français.

Moins d'un an plus tard commençait la Seconde Guerre mondiale.

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur de l'article repris d'un média russe et traduit dans son intégralité en français.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала