«Régime hors la loi»: Téhéran réagit au retrait des USA du traité d’amitié avec l’Iran

© Sputnik . Sergey Mamontov / Aller dans la banque de photosAzadi Tower on Tehran's Azadi Square
Azadi Tower on Tehran's Azadi Square - Sputnik France
En critiquant la décision de Washington de dénoncer le traité d’amitié avec Téhéran, le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif a qualifié les États-Unis de «régime hors la loi». Pourtant, suite à cette déclaration, le conseiller américain à la sécurité, John Bolton, a baptisé l’Iran le «régime voyou».

John Bolton - Sputnik France
Les USA sortent du protocole sur le règlement des différends de la Convention de Vienne
Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a réagi à la décision de Washington de rompre le traité d'amitié avec Téhéran de 1955.

«Les États-Unis ont renoncé au Plan d'action global conjoint [sur le programme nucléaire iranien, ndlr] fixé par la résolution 2231 du Conseil de sécurité de l'Onu. Aujourd'hui, les États-Unis sont sortis du traité américano-iranien actuel, après que la Cour internationale de justice (CIJ) de l'Onu les a obligés d'arrêter de violer cet accord au moyen de sanctions contre les Iraniens. Régime hors la loi», a écrit M.Zarif sur son compte Twitter.

​Cette déclaration du chef de la diplomatie iranienne n'est pas restée sans réponse. Le conseiller à la sécurité nationale des États-Unis, John Bolton, a qualifié l'Iran de «régime voyou» et a déclaré qu'il n'était pas prêt à considérer sérieusement la critique iranienne à l'égard de Washington.

Graffiti anti-USA à Téhéran - Sputnik France
Épinglé par la CIJ, Washington rompt le «traité d'amitié» avec Téhéran
Précédemment, les juges de la CIJ avaient décidé à l'unanimité que les sanctions américaines visant certains biens constituaient une violation de l'accord en question qui encourage les échanges commerciaux.

Suite à cette décision, les États-Unis ont mis fin à un traité d'amitié avec l'Iran conclu en 1955. Washington s'est également retiré du Protocole concernant le règlement obligatoire des différends relatif à la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques en raison de la plainte portée par la Palestine auprès de la Cour internationale de justice pour contester le transfert de l'ambassade américain de Tel Aviv à Jérusalem.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала