Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Et si les cobras étaient… cannibales?

© Sputnik . Solomon Lulishov / Aller dans la banque de photosUn cobra
Un cobra - Sputnik France
S'abonner
L’écrasante majorité des cobras africains mangent leurs congénères et d’autres serpents pour des raisons de confort, sécurité et rituel, ont découvert des scientifiques sud-africains dont l’étude a été publiée dans la revue Ecology.

Mahmoud Talabah - Sputnik France
Dans ce village d’Égypte, on chasse et on élève des serpents venimeux depuis 300 ans
Des chercheurs de plusieurs universités d'Afrique du Sud ont établi que 80% des cobras africains étaient cannibales, annoncent la revue Ecology.

«Nous avons découvert que les serpents forment près de 13% à 40% de la ration des cobras. Malgré opinion largement partagée, les tendances cannibales sont très répandues parmi ces reptiles», indiquent Bryan Maritz de l'Université du Cap-Occidental et ses collègues.

Cette conclusion a été faite par les scientifiques après leur expédition dans le désert du Kalahari. Ils y ont assisté à un combat entre deux cobras du Cap (Naja nivea). Après ce duel, le vainqueur a mangé son adversaire mort.

cobra - Sputnik France
«J'ai soif»: extrait d'un puits asséché, ce cobra a été abreuvé par son sauveur (vidéo)
D'autres observations ont montré que les cobras du Cap n'étaient pas les seuls cannibales, les cobras royaux et d'autres représentants du genre Naja le sont également. Un tiers de la ration des cobras du Cap se compose de leurs congénères et d'autres serpents. Chez les cobras cracheurs, cet indice atteint 38%.

Quant aux raisons de ce comportement, les chercheurs estiment que les pratiques cannibales de ces serpents peuvent être expliquées par le caractère rituel des combats entre mâles. Selon l'étude, pratiquement tous les cas ont été enregistrés entre des spécimens mâles de cobras.

En outre, il est plus facile pour les cobras d'attaquer les représentants de leur genre que d'autres animaux qui peuvent être plus rapides et dangereux, concluent les scientifiques.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала