Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Le nombre d’Algériens, de Marocains et de Tunisiens expulsés d’Allemagne précisé

© AP Photo / Markus SchreiberDes migrants en Allemagne
Des migrants en Allemagne - Sputnik France
S'abonner
Les autorités allemandes ont augmenté, depuis trois ans, le rythme des expulsions des migrants originaires d’Algérie, du Maroc et de Tunisie arrivant à un total de 1.161 entre janvier et août 2018.

Depuis 2015, l'Allemagne a accéléré le processus d'expulsion de migrants maghrébins entrés d'une façon irrégulière sur son sol, ressort-il de l'étude publiée le 8 octobre par le quotidien allemand Bild.

Berlin - Sputnik France
Des migrants en Allemagne demandent la démission du ministre de l’Intérieur
Ainsi, les autorités allemandes ont expulsé 476 Marocains, à la fin août 2018, contre 61 en 2015. En 2017, également, 634 migrants marocains ont été rapatriés par Rabat depuis l'Allemagne.

Concernant les Algériens, à la fin août 2018, l'Allemagne a expulsé 400 migrants, contre 57 en 2015 et 504 en 2017.

Quant aux Tunisiens, Berlin a expulsé 231 personnes à la fin août 2018, contre 251 en 2017 et seulement 17 personnes en 2015.

Ort des Todes eines 22-jährigen Deutschen in Köthen - Sputnik France
Allemagne: une action anti-migrants après le meurtre d’un Allemand de 22 ans à Köthen
Lors d'une conférence de presse conjointe avec la chancelière allemande Angela Merkel, en visite officielle, le 17 septembre, à Alger, le Premier ministre algérien Ahmed Ouyahia a affirmé que l'Algérie accueillerait tous ses ressortissants en situation irrégulière en Allemagne s'ils sont expulsés, quel que soit leur nombre, à condition que l'«identification» de leur citoyenneté soit faite.

Dans ce cadre, le journal Bild a affirmé dans son étude, évoquée ci-dessus, que l'Allemagne avait déployé beaucoup d'efforts qui «ont permis de réaliser d'importants progrès dans l'identification des personnes originaires de ces pays qui font face à une mesure d'expulsion». Ceci est à ajouter, selon le quotidien, au fait que l'Algérie, le Maroc et la Tunisie ont la possibilité et les moyens d'identifier leurs citoyens «sur la base de l'échange de données biométriques».

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала