L’équipage féminin du destroyer porte-hélicoptères japonais Kaga

De plus en plus de Japonaises deviennent marins militaires. Or, il y a 10 ans, il était interdit aux représentantes du «beau sexe» de servir dans la Marine. Plusieurs femmes servent maintenant à bord du grand destroyer porte-hélicoptères JS Kaga (DDH-184).

Découvrez les femmes à bord du navire dans ce diaporama réalisé par Sputnik.

© REUTERS / Kim Kyung-HoonLes femmes qui servent à bord du plus grand porte-hélicoptères Kaga prouvent qu’elles sont capables de servir dans la Force maritime d'autodéfense japonaise.
L’équipage féminin du destroyer porte-hélicoptères japonais Kaga - Sputnik France
1/12
Les femmes qui servent à bord du plus grand porte-hélicoptères Kaga prouvent qu’elles sont capables de servir dans la Force maritime d'autodéfense japonaise.
© REUTERS / Kim Kyung-HoonLe commandement de la Force maritime d’autodéfense japonaise encourage les femmes à faire leur service militaire pour compenser le manque d’hommes, la population active diminuant au Japon en raison de la baisse de la natalité.
L’équipage féminin du destroyer porte-hélicoptères japonais Kaga - Sputnik France
2/12
Le commandement de la Force maritime d’autodéfense japonaise encourage les femmes à faire leur service militaire pour compenser le manque d’hommes, la population active diminuant au Japon en raison de la baisse de la natalité.
© REUTERS / Kim Kyung-HoonIl est prévu de porter d’ici 2030 la part des femmes dans la Marine et les troupes terrestres à 9%. Actuellement, 14.000 femmes servent dans les Forces d’autodéfense soit 6% des effectifs.
L’équipage féminin du destroyer porte-hélicoptères japonais Kaga - Sputnik France
3/12
Il est prévu de porter d’ici 2030 la part des femmes dans la Marine et les troupes terrestres à 9%. Actuellement, 14.000 femmes servent dans les Forces d’autodéfense soit 6% des effectifs.
© REUTERS / Kim Kyung-HoonEn 2018, Ryoko Azuma, 44 ans, a assumé pour la première fois dans l’histoire de la Force maritime japonaise le commandement d’un groupe de quatre bâtiments de guerre, notamment du porte-hélicoptères Izumo. Elle a eu 1.000 subalternes parmi lesquels il n’y avait que 30 femmes de la première division d’escorte de la Force maritime d’autodéfense japonaise.
Sur la photo: une jeune femme matelot à bord du porte-hélicoptères japonais Kaga.
L’équipage féminin du destroyer porte-hélicoptères japonais Kaga - Sputnik France
4/12
En 2018, Ryoko Azuma, 44 ans, a assumé pour la première fois dans l’histoire de la Force maritime japonaise le commandement d’un groupe de quatre bâtiments de guerre, notamment du porte-hélicoptères Izumo. Elle a eu 1.000 subalternes parmi lesquels il n’y avait que 30 femmes de la première division d’escorte de la Force maritime d’autodéfense japonaise.
Sur la photo: une jeune femme matelot à bord du porte-hélicoptères japonais Kaga.
© REUTERS / Kim Kyung-HoonPrécédemment Ryoko Azuma est devenue la première femme-capitaine d’un bâtiment de guerre dans l’histoire du Japon.
Sur la photo: une jeune femme matelot à bord du porte-hélicoptères japonais Kaga.
L’équipage féminin du destroyer porte-hélicoptères japonais Kaga - Sputnik France
5/12
Précédemment Ryoko Azuma est devenue la première femme-capitaine d’un bâtiment de guerre dans l’histoire du Japon.
Sur la photo: une jeune femme matelot à bord du porte-hélicoptères japonais Kaga.
© REUTERS / Kim Kyung-HoonQuand Ryoko Azuma a commencé en 1996 à servir dans la Force maritime d’autodéfense japonaise, il était interdit aux femmes de travailler à bord des navires de guerre. L’interdiction a été levée il y a 10 ans. Les équipages de sous-marins sont toujours composés d’hommes.
L’équipage féminin du destroyer porte-hélicoptères japonais Kaga - Sputnik France
6/12
Quand Ryoko Azuma a commencé en 1996 à servir dans la Force maritime d’autodéfense japonaise, il était interdit aux femmes de travailler à bord des navires de guerre. L’interdiction a été levée il y a 10 ans. Les équipages de sous-marins sont toujours composés d’hommes.
© REUTERS / Kim Kyung-HoonLe destroyer porte-hélicoptères Kaga et le premier porte-hélicoptères de classe Izumo, mis en service dans la marine en 2015, sont les plus grands navires de la Force maritime d’autodéfense japonaise.
Sur la photo: une femme membre d’équipage du porte-hélicoptères Kaga vérifie les armes en prévision des manœuvres dans l’océan Indien.
L’équipage féminin du destroyer porte-hélicoptères japonais Kaga - Sputnik France
7/12
Le destroyer porte-hélicoptères Kaga et le premier porte-hélicoptères de classe Izumo, mis en service dans la marine en 2015, sont les plus grands navires de la Force maritime d’autodéfense japonaise.
Sur la photo: une femme membre d’équipage du porte-hélicoptères Kaga vérifie les armes en prévision des manœuvres dans l’océan Indien.
© REUTERS / Kim Kyung-HoonLes navires de classe Izumo sont longs de 248 mètres, larges de 38 mètres et ont un déplacement d’eau de 24.000 tonnes.
L’équipage féminin du destroyer porte-hélicoptères japonais Kaga - Sputnik France
8/12
Les navires de classe Izumo sont longs de 248 mètres, larges de 38 mètres et ont un déplacement d’eau de 24.000 tonnes.
© REUTERS / Kim Kyung-HoonUne jeune femme cuisinière à bord du porte-hélicoptères japonais Kaga.
L’équipage féminin du destroyer porte-hélicoptères japonais Kaga - Sputnik France
9/12
Une jeune femme cuisinière à bord du porte-hélicoptères japonais Kaga.
© REUTERS / Kim Kyung-HoonLe porte-hélicoptères est capable de transporter 970 personnes y compris son équipage et les forces de débarquement.
L’équipage féminin du destroyer porte-hélicoptères japonais Kaga - Sputnik France
10/12
Le porte-hélicoptères est capable de transporter 970 personnes y compris son équipage et les forces de débarquement.
© REUTERS / Kim Kyung-HoonLe destroyer Kaga peut avoir à son bord jusqu’à 14 hélicoptères. La flotte aérienne est composée d’hélicoptères anti-sous-marins et anti-mines SH-60K Seahawk.
L’équipage féminin du destroyer porte-hélicoptères japonais Kaga - Sputnik France
11/12
Le destroyer Kaga peut avoir à son bord jusqu’à 14 hélicoptères. La flotte aérienne est composée d’hélicoptères anti-sous-marins et anti-mines SH-60K Seahawk.
© REUTERS / Kim Kyung-HoonL’hélicoptère développe une vitesse maximale de 30 nœuds. Le navire est doté d’un sonar avant pour détecter les sous-marins et a à son bord deux systèmes de DCA à courte portée et deux systèmes d’armes d’artillerie surface-air de six canons.
L’équipage féminin du destroyer porte-hélicoptères japonais Kaga - Sputnik France
12/12
L’hélicoptère développe une vitesse maximale de 30 nœuds. Le navire est doté d’un sonar avant pour détecter les sous-marins et a à son bord deux systèmes de DCA à courte portée et deux systèmes d’armes d’artillerie surface-air de six canons.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала