Berlin appelle les USA à réfléchir sur les conséquences d’un retrait du Traité FNI

Alors que Donald Trump a évoqué le retrait des États-Unis du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI), le ministère fédéral allemand des Affaires étrangères a déclaré que cette déclaration était regrettable et a appelé Washington à réfléchir à ses conséquences.

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, s’est exprimé sur la déclaration du Président américain concernant le retrait des États-Unis du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI).

«La déclaration américaine sur leur désir de se retirer le Traité FNI est regrettable», a déclaré le ministre en ajoutant que cela mettait «l'Europe et nous face à des problèmes complexes» car le document en question «constitue depuis 30 ans un pilier important de notre architecture de sécurité européenne».

«Nous faisons également appel aux États-Unis pour leur demander d'examiner les conséquences possibles [d’un retrait]», a souligné M. Maas dans un communiqué.

Selon le chef de la diplomatie allemande, la fin du traité aurait des conséquences négatives également sur la conclusion d’un nouveau traité de réduction des armes stratégiques, qui est pourtant nécessaire le plus vite possible.

Le 20 octobre, Donald Trump a annoncé sa décision de se retirer du Traité FNI accusant la Russie et la Chine de le violer. 

Maison Blanche - Sputnik France
Traité FNI: la sortie des USA aurait «des conséquences catastrophiques» (sénateur russe)
Signé le 8 décembre 1987 par le Président américain Ronald Reagan et le secrétaire général du Parti communiste Mikhaïl Gorbatchev, le Traité FNI visait à détruire en trois ans les missiles d'une portée de 500 à 5.500 km. En mai 1991, les conditions prévues par l'accord avaient été remplies: l'Union soviétique avait détruit plus de 1.700 missiles balistiques et de croisière basés au sol, et Washington 859. Conclu pour une durée indéterminée, le Traité permet à chacune des parties de le quitter en justifiant l'indispensabilité de son geste. Depuis 30 ans, Moscou et Washington ne cessent d'échanger des piques, s'accusant mutuellement de violer le document et menaçant de s'en retirer.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала