Merkel critiquée pour avoir été «trop proche» de Poutine

© Sputnik . Mikhail Klementiev / Aller dans la banque de photosRussian President Vladimir Putin and German Chancellor Angela Merkel during a press conference following the Russia-France-Germany-Turkey summit on Syria in Istanbul on October 27, 2018.
Russian President Vladimir Putin and German Chancellor Angela Merkel during a press conference following the Russia-France-Germany-Turkey summit on Syria in Istanbul on October 27, 2018. - Sputnik France
«Merkel devait-elle tenir la main à Poutine et Erdogan?»: c’est ainsi que le quotidien allemand Bild a intitulé un article illustré d’une photo des quatre chefs d’État réunis à Istanbul. Le papier est un concentré de critiques à l’encontre de Merkel à qui il est reproché de ne pas avoir été assez distante avec Poutine et Erdogan lors du sommet.

Après la diffusion de la photo sur laquelle on voit Angela Merkel tenir les mains de Vladimir Poutine et de Recep Tayyip Erdogan, le quotidien allemand a publié un article présentant les critiques de l'attitude que la chancelière a eue à l'égard de ses homologues russe et turc lors du sommet d'Istanbul, auquel participait également Emmanuel Macrin.

Angela Merkel et Vladimir Poutine à Istanbul - Sputnik France
À Istanbul, en voyant le manteau de Poutine, Merkel en a perdu son allemand (vidéo)

L'article du quotidien Bild s'ouvre sur la question de savoir si la chancelière devait se montrer être aussi proche «les dirigeants autocratiques». Et de poursuivre que plusieurs s'interrogent en regardant la photo faite lors du sommet quadripartite et qui a provoqué l'indignation de certains, selon Bild.

Ainsi, une membre du parti Die Linke, Cansu Özdemir, a confié, sur son compte Twitter, qu'elle avait des nausées à la vue d'Angela Merkel tenant «la main ensanglantée» de Recep Tayyip Erdogan:

Dirk Kunze, porte-parole de la Fondation Friedrich-Naumann, a, à son tour, fait remarquer sur Twitter que la chancelière allemande n'aurait pas dû se placer près de Vladimir Poutine, mais plutôt exiger que la Russie s'occupe de la reconstruction de la Syrie.

Le sommet entre la France, la Russie, la Turquie et l'Allemagne sur la Syrie s'est déroulé ce samedi 27 octobre à Istanbul. La situation en Syrie, l'accord sur Idlib et le règlement politique, en insistant sur l'établissement d'un Comité constitutionnel syrien à Genève qui devrait être reconnu par toutes les parties en conflit en Syrie, étaient à l'ordre du jour. Quant à la zone démilitarisée d'Idlib, la Russie se réserve le droit d'y aider le gouvernement syrien à éliminer les terroristes en cas de provocations de leur part, selon le Président russe.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала