Le visage de petits Aleppins dont la volonté à toute épreuve étonne

Quatre ans de pilonnages - l'enfance des petits habitants qui sont restés à Alep s'est passée juste en observant la ville qui tombait... Comment l'ont-ils vécu? Découvrez les visages d'enfants ordinaires à Alep, tout comme un bref aperçu statistique pour comparer leur vie pendant la guerre et actuellement.

31.173 vies humaines emportées lors du siège d'Alep, selon le Centre de documentation des violations en Syrie, des destructions irréparables et de nombreuses familles sans toit. La ville d'Alep continue sa vie et les enfants aleppins donnent le rythme. Certains se réjouissent à la perspective d'une journée en liberté après l'école, d'autres jouent dans les ruines comme si de rien n'était.

D'autres encore, avec des brûlures sur le visage, comme estampillés par la guerre, tentent de restaurer leur vie détruite, cherchent un moyen de survivre et gagner de l'argent en vendant du chewing-gum.

Certes, leur volonté est de pourvoir vivre comme avant la guerre, et ces petits ne montrent pas de désespoir face aux destructions et aux changements irréversibles dans leurs vie et ville.

© Sputnik . Flora MoussaDes garçons arborent le drapeau syrien.
Enfants à Alep, Syrie - Sputnik France
1/20
Des garçons arborent le drapeau syrien.
© Sputnik . Ekaterina YansonDes garçons-écoliers dans une rue d’Alep. Selon les données du Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF), un total de 5,3 millions d’enfants avaient encore besoin d’une aide humanitaire en avril 2018.
Enfants à Alep, Syrie - Sputnik France
2/20
Des garçons-écoliers dans une rue d’Alep. Selon les données du Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF), un total de 5,3 millions d’enfants avaient encore besoin d’une aide humanitaire en avril 2018.
© Sputnik . Flora MoussaOctobre 2018. Une foule d’écoliers joyeux après les cours. En septembre 2016, quelque 100.000 enfants – sur 250.000 habitants– vivaient encore le siège, écrivait The New York Times à l’époque, se référant à des représentants de l’organisation Save The Children.
Enfants à Alep, Syrie - Sputnik France
3/20
Octobre 2018. Une foule d’écoliers joyeux après les cours. En septembre 2016, quelque 100.000 enfants – sur 250.000 habitants– vivaient encore le siège, écrivait The New York Times à l’époque, se référant à des représentants de l’organisation Save The Children.
© Sputnik . Flora MoussaDans les écoles syriennes, l’uniforme est simple: chemises bleues pour les garçons, chemises roses pour les filles.
Enfants à Alep, Syrie - Sputnik France
4/20
Dans les écoles syriennes, l’uniforme est simple: chemises bleues pour les garçons, chemises roses pour les filles.
© Sputnik . Flora MoussaDes enfants se promènent devant la citadelle d’Alep, une ancienne forteresse, elle aussi endommagée pendant la guerre.
Enfants à Alep, Syrie - Sputnik France
5/20
Des enfants se promènent devant la citadelle d’Alep, une ancienne forteresse, elle aussi endommagée pendant la guerre.
© Sputnik . Flora MoussaDes enfants devant la citadelle d’Alep. À la vue d’une caméra, les petits Aleppins affluent vers le photographe pour poser ou se faire photographier avec lui.
Enfants à Alep, Syrie - Sputnik France
6/20
Des enfants devant la citadelle d’Alep. À la vue d’une caméra, les petits Aleppins affluent vers le photographe pour poser ou se faire photographier avec lui.
© Sputnik . Flora MoussaAprès sept ans de guerre, la Syrie reste le pays plus dangereux pour les enfants, selon Save The Children.
Enfants à Alep, Syrie - Sputnik France
7/20
Après sept ans de guerre, la Syrie reste le pays plus dangereux pour les enfants, selon Save The Children.
© Sputnik . Ekaterina YansonDes écoliers en sortie scolaire dans la citadelle d’Alep partiellement détruite lors du siège de 2012 à 2016.
Enfants à Alep, Syrie - Sputnik France
8/20
Des écoliers en sortie scolaire dans la citadelle d’Alep partiellement détruite lors du siège de 2012 à 2016.
© Sputnik . Ekaterina YansonDes enfants jouent sur les murs de la citadelle d’Alep.
Enfants à Alep, Syrie - Sputnik France
9/20
Des enfants jouent sur les murs de la citadelle d’Alep.
© Sputnik . Flora MoussaDans les écoles syriennes, l’uniforme est simple: chemises bleues pour les garçons, chemises roses pour les filles.
Enfants à Alep, Syrie - Sputnik France
10/20
Dans les écoles syriennes, l’uniforme est simple: chemises bleues pour les garçons, chemises roses pour les filles.
© Sputnik . Flora Moussa«Je suis tellement heureuse de regagner ma maison et de retourner à l’école», confiait à la BBC une petite Syrienne, à Alep, en mars 2018.
Enfants à Alep, Syrie - Sputnik France
11/20
«Je suis tellement heureuse de regagner ma maison et de retourner à l’école», confiait à la BBC une petite Syrienne, à Alep, en mars 2018.
© Sputnik . Flora MoussaEn cela, une école sur trois en Syrie ne peut pas être fréquentée à cause des destructions ou bien parce qu’elle est utilisée à des fins militaires.
Enfants à Alep, Syrie - Sputnik France
12/20
En cela, une école sur trois en Syrie ne peut pas être fréquentée à cause des destructions ou bien parce qu’elle est utilisée à des fins militaires.
© Sputnik . Flora MoussaToujours selon l’UNICEF, plus de deux millions d’élèves syriens étaient déscolarisés, selon les données d’avril 2018.
Enfants à Alep, Syrie - Sputnik France
13/20
Toujours selon l’UNICEF, plus de deux millions d’élèves syriens étaient déscolarisés, selon les données d’avril 2018.
© Sputnik . Flora MoussaDes filles devant un portrait du Président Bachar el-Assad.
Enfants à Alep, Syrie - Sputnik France
14/20
Des filles devant un portrait du Président Bachar el-Assad.
© Sputnik . Flora MoussaEn plein conflit, il y a eu de nombreuses tentatives de remédier à la situation, les enfants de la ville d’Alep ont notamment pu se servir d’hôpitaux mobiles introduits à l’initiative de l’UNICEF.
Enfants à Alep, Syrie - Sputnik France
15/20
En plein conflit, il y a eu de nombreuses tentatives de remédier à la situation, les enfants de la ville d’Alep ont notamment pu se servir d’hôpitaux mobiles introduits à l’initiative de l’UNICEF.
© Sputnik . Ekaterina YansonUne fille quitte la citadelle d’Alep.
Enfants à Alep, Syrie - Sputnik France
16/20
Une fille quitte la citadelle d’Alep.
© Sputnik . Flora MoussaLa place devant la citadelle d’Alep animée, pleine d’enfants qui jouent, s’achètent des noix et délices, sans faire attention aux immeubles détruits qui les entourent.
Enfants à Alep, Syrie - Sputnik France
17/20
La place devant la citadelle d’Alep animée, pleine d’enfants qui jouent, s’achètent des noix et délices, sans faire attention aux immeubles détruits qui les entourent.
© Sputnik . Flora MoussaDes écoliers en excursion posent pour une photo avec leurs amis. 2,7 millions d’enfants syriens ont été enregistrés comme réfugiés dans différents pays tels que l’Égypte, l’Irak, la Jordanie, le Liban et la Turquie depuis le début de la crise.
Enfants à Alep, Syrie - Sputnik France
18/20
Des écoliers en excursion posent pour une photo avec leurs amis. 2,7 millions d’enfants syriens ont été enregistrés comme réfugiés dans différents pays tels que l’Égypte, l’Irak, la Jordanie, le Liban et la Turquie depuis le début de la crise.
© Sputnik . Flora MoussaUne foule d’enfants avec des ruines en arrière-plan.
Enfants à Alep, Syrie - Sputnik France
19/20
Une foule d’enfants avec des ruines en arrière-plan.
© Sputnik . Flora MoussaUne foule d’enfants avec des ruines en arrière-plan.
Enfants à Alep, Syrie - Sputnik France
20/20
Une foule d’enfants avec des ruines en arrière-plan.
Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала