Khashoggi a été drogué et démembré, annonce le procureur saoudien

© REUTERS / Murad SezerImages du journaliste saoudien Jamal Khashoggi à Istanbul
Images du journaliste saoudien Jamal Khashoggi à Istanbul - Sputnik France
Les cinq accusés ont drogué le journaliste Jamal Khashoggi avant de démembrer son corps, a déclaré ce jeudi le procureur saoudien, demandant la peine de mort pour les responsables du crime.

Le parquet saoudien a annoncé ce jeudi que le corps du journaliste Jamal Khashoggi, tué dans l'ambassade du pays à Istanbul, a été démembré, confirmant ainsi les informations diffusées plus tôt par la presse turque. Il a également requis la peine mort contre cinq responsables du royaume accusé du meurtre.

Jamal Khashoggi, un éditorialiste saoudien critique du pouvoir à Riyad, a été tué le 2 octobre au consulat de son pays à Istanbul où il s'était rendu pour effectuer des démarches administratives.

Le consulat saoudien à Istanbul - Sputnik France
Après l'assassinat de Khashoggi, Riyad veut déménager son consulat d'Istanbul
Après avoir d'abord fermement nié son meurtre, les autorités saoudiennes ont fini par affirmer que le journaliste avait été tué au cours d'une opération «non autorisée» par Riyad.

Le Président turc, Recep Tayyip Erdogan, a annoncé samedi avoir transmis aux États-Unis, à la France, à l'Allemagne et au Royaume-Uni des enregistrements concernant l'assassinat de Jamal Khashoggi, tué le 2 octobre au consulat saoudien d'Istanbul. Ces déclarations ont entraîné une polémique à Paris, le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian ayant affirmé n'avoir «pas connaissance» d'un partage d'informations par la Turquie, et évoqué un «jeu politique» d'Ankara.

Un manifestant tient un portrait de Jamal Khashoggi - Sputnik France
«J’étouffe»: les mots que Khashoggi aurait prononcés avant sa mort publiés par des médias
Recep Tayyip Erdogan a également invité Riyad à identifier l'assassin de Jamal Khashoggi, qui figurait, selon lui, parmi les 15 Saoudiens arrivés en Turquie quelques heures avant sa mort. Ils ont été arrêtés après leur retour dans leur pays. Trois autres suspects y ont également été appréhendés.

Fin octobre, l'Allemagne avait appelé les Européens à cesser les ventes d'armes à Riyad et décidé de les stopper. Une mesure pour l'instant rejetée par la France, grand fournisseur d'armes à l'Arabie saoudite.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала