Téhéran donne une estimation de son partenariat commercial et politique avec Moscou

© Sputnik . Vitaly Belousov / Aller dans la banque de photosMohammad Javad Zarif, chef de la diplomatie iranienne
Mohammad Javad Zarif, chef de la diplomatie iranienne - Sputnik France
Dans une interview accordée au Figaro, le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a fait savoir que Moscou était un partenaire commercial et politique «excellent» pour Téhéran.

Interviewé par Le Figaro, le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif, s'est félicité du bon état du partenariat politique et commercial entre Moscou et Téhéran.

«La Russie est un excellent partenaire commercial et politique pour nous», a-t-il notamment déclaré.

Il a ajouté que la Russie comprenait l'Iran, car elle était elle-même victime des sanctions américaines.

Le ministre a signalé que Washington bousculait tous les voisins de l'Iran pour qu'ils le boycottent, mais que ses efforts restaient vains.

Il a également évoqué la coopération de l'Iran avec la Russie et la Turquie sur le dossier syrien.

«Sur le dossier syrien, nous entretenons une excellente coopération avec les Russes et également avec les Turcs, ce qui nous a permis de réussir là où d'autres ont totalement échoué», a-t-il indiqué, rappelant l'importance de rétablir l'unité de la Syrie et d'éliminer les terroristes.

Graffiti anti-USA à Téhéran - Sputnik France
Washington menace de punir ceux qui contourneront ses sanctions contre l'Iran
Le Président Donald Trump a annoncé, en mai dernier, le retrait des États-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien conclu en 2015, de même que le rétablissement des sanctions contre l'Iran, y compris celles qui touchent les pays commerçant avec Téhéran. Certaines de celles-ci ont été rétablies le 7 août dernier, tandis que d'autres sont entrées en vigueur le 5 novembre.

Washington a notamment porté plus de 700 personnes, entités, avions et navires iraniens sur sa liste noire. Parmi les entités concernées figurent 14 banques importantes. La Chine, la Corée du Sud, la Grèce, l'Inde, l'Italie, le Japon, la Turquie et Taïwan ont toutefois été provisoirement autorisés à acheter du pétrole iranien.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала