Moscou réagit au déploiement par l’Ukraine de S-300 dans le Donbass

© Sputnik . Igor Maslov / Aller dans la banque de photosl’OSCE dans le Donbass
l’OSCE dans le Donbass - Sputnik France
Les autorités ukrainiennes n’excluent pas de recourir à la force pour régler le conflit actuel dans les républiques populaires autoproclamées de Donetsk et de Lougansk, a déclaré le 23 novembre le représentant permanent de la Russie auprès de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

Aleksandr Loukachevitch, le représentant permanent russe auprès de l'OSCE, a commenté les récentes informations sur le déploiement d'artillerie lourde par Kiev dans le Donbass, à savoir des lance-roquettes multiples BM-27 Ouragan, des systèmes de missiles Bouk et des systèmes mobiles multicanaux de missiles sol-air S-300.

«Au lieu d'entreprendre des mesures concrètes en vue d'un règlement politique et diplomatique, Kiev continue à attiser artificiellement les tensions militaires dans le Donbass», a souligné M.Loukachevitch. Ainsi, conclut-il, l'Ukraine n'exclut pas de résoudre le conflit par des moyens militaires.

Dans le Donbass - Sputnik France
Kiev refuse la proposition d’interdire les tirs contre des ouvrages civils dans le Donbass
Le 15 novembre, une mission de surveillance spéciale de l'OSCE en Ukraine a repéré le déploiement de systèmes S-300 aux alentours de la localité Volodarski dans le Donbass. Les observateurs ont également constaté l'absence de 130 unités d'artillerie lourde dans les dépôts de munitions des Forces armées ukrainiennes, ce qui va, selon M.Loukachevitch, à l'encontre des accords de Minsk.

La situation dans le Donbass s'est détériorée durant l'année 2014 suite au refus d'une partie de la population du sud et de l'est de l'Ukraine de reconnaître les autorités issues du coup d'État de Maïdan à Kiev. Depuis, le conflit s'est transformé en guerre civile, avec la formation des deux républiques autoproclamées de Donetsk et de Lougansk. Les Occidentaux accusent la Russie de soutenir ces séparatistes, ce que Moscou a toujours démenti.

Les accords de Minsk pour la paix en Ukraine, signés par l'Ukraine, la France, l'Allemagne et la Russie, sont au point mort du fait que Kiev refuse de réviser le statut des républiques autoproclamées afin de trouver une solution politique au conflit.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала