Un rassemblement des «gilets jaunes» dispersé par une autopompe en Belgique (photos)

Une mobilisation des «gilets jaunes» vendredi soir dans la ville de Charleroi s’est traduite par des affrontements «musclés» entre la police et les manifestants, informent les médias belges. Selon eux, la situation s’est dégradée à cause de casseurs qui se sont mêlés aux manifestants.

Un rassemblement des «gilets jaunes» dans la ville belge de Charleroi a dégénéré dans la nuit de vendredi à samedi en affrontements entre les manifestants et les forces de l'ordre, rapporte le journal belge Sudinfo.

Selon le média, des casseurs se seraient mêlés aux rangs des «gilets jaunes» et s'en seraient pris à la police.

​Les manifestants qui, d'après Sudinfo, se sont mis à jeter des projectiles en direction des policiers ont été dispersés par une autopompe. David Quinaux, porte-parole de la police locale, cité par RTL Info a rapporté deux interpellations.

​«On est dans des faits très graves car on est dans des faits de rébellion en bande armée. Ce sont des jeunes majeurs de 18 ans qui peuvent être condamnés à des peines très lourdes qui vont de 5 à 10 ans de prison», a-t-il précisé.

Christophe Castaner - Sputnik Afrique
«Victime» des «gilets jaunes», Castaner n’inspire pas de compassion à la Toile
Face à l'augmentation des prix du carburant qui frappe surtout le diesel, de nombreux Français se sont mobilisés le 17 novembre. Les manifestations ont réuni 287.710 personnes sur 2.034 sites, selon le ministre français de l'Intérieur Christophe Castaner, alors que le syndicat France police-Policiers en colère parle de 1,3 million de«gilets jaunes». La vague de mécontentement a également touché la Belgique où plusieurs sites pétroliers ont été bloqués par des manifestants.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала