Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Des bactéries possiblement pathogènes menacent les astronautes de l’ISS

© Sputnik . Roscosmos / Aller dans la banque de photosLes cosmonautes russes effectuent une sortie dans l'espace
Les cosmonautes russes effectuent une sortie dans l'espace - Sputnik France
S'abonner
Des bactéries résistantes aux différents types d’antibiotiques ont été découvertes dans les toilettes ainsi que dans les zones d’entraînement de la Station spatiale internationale (ISS). Pour l’heure, ces souches ne représentent pas de danger pour l’équipage mais elles pourraient devenir pathogènes.

Lancement du vaisseau Soyouz TMA-13M vers l'ISS - Sputnik France
20 ans de l’ISS: ces mystères inexpliqués ou «suspects» entourant la Station (images)
En analysant les échantillons prélevés en mars 2015 dans les toilettes et les zones d'entraînement de la Station spatiale internationale (ISS), des spécialistes de la NASA ont détecté des souches de bactéries intestinales Enterobacter bugandensis, relate la revue BMC Microbiology. Elles peuvent être à l'origine de différents types d'infection chez des patients présentant un système immunitaire affaibli.

De plus, l'analyse a démontré que ces bactéries découvertes à bord de l'ISS sont résistantes aux antibiotiques. Selon les spécialistes, pour le moment ces bactéries ne sont pas dangereuses pour l'être humain mais elles pourraient muter et devenir pathogènes.
Les risques de leur développement pathogène à bord de l'ISS sont évalués, par un logiciel spécialement dédié, à 79%.

«Compte tenu de la résistance médicamenteuse des génomes d'Enterobacter bugandensis, découvert à bord de l'ISS et du risque élevé de leur pathogénicité que nous avons détecté, ces souches nous donnent un sérieux prétexte pour les étudier lors des missions postérieures. Il est important de comprendre que les souches de ces bactéries ne sont pas virulentes, donc, ne menacent pas la santé de l'individu, il faut juste continuer à les surveiller», a expliqué Nitin Singh, l'un des auteurs de la recherche.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала