Bruxelles aux «gilets jaunes»: «Il ne faut pas faire croire que l'argent tombe du ciel»

© Sputnik . Alekseï Vitvitski / Aller dans la banque de photosLe Premier ministre belge Charles Michel
Le Premier ministre belge Charles Michel - Sputnik France
Le Premier ministre belge, Charles Michel, a déclaré, selon des médias belges, qu'il était ouvert à une discussion avec le mouvement des «gilets jaunes» à condition que celui-ci soit «davantage structuré».

Le gouvernement belge entend le message des «gilets jaunes» et exprime sa volonté de «transformer la colère en projet de solution positif», a indiqué ce jeudi à la Chambre le Premier ministre Charles Michel, cité par des médias belges. Il a ajouté toutefois qu'il s'attendait à dialoguer avec un mouvement «davantage structuré».

Dans ce contexte, il a souligné la difficulté de faire face au coût du changement climatique:

«Il ne faut pas faire croire que l'argent tombe du ciel, quelqu'un doit payer, si ce sont les entreprises, ce sont des emplois potentiels qui sont en jeu», a-t-il noté.

manif des «gilets jaunes» - Sputnik France
Un rassemblement des «gilets jaunes» dispersé par une autopompe en Belgique (photos)
Toujours selon les médias, Charles Michel a dit comprendre que les revendications des «gilets jaunes» étaient dirigées contre la hausse des accises sur les carburants.

«Nous allons regarder au sein du gouvernement quelles sont les possibilités de faire un monitoring, voir quelles décisions favorables peuvent être prises», a-t-il précisé.

Le gouvernement «va faire preuve de la fermeté pour la sécurité et pour l'ordre public, mais toujours, évidemment, avec une capacité de débat démocratique», a-t-il encore fait remarquer.

Les «gilets jaunes» entament l’acte 2 de la mobilisation à Paris, 24 novembre 2018 - Sputnik France
Les Champs-Élysées «la poubelle avenue du monde»: le Net plaisante sur les «gilets jaunes»
Il a tenu à rappeler l'activité de son cabinet pour revaloriser le pouvoir d'achat, notamment à travers le tax shift, ce glissement de la fiscalité qui vise à maintenir les recettes fiscales totales au même niveau, tout en faisant glisser la charge de la fiscalité de certains postes vers d'autres.

La vague de mécontentement qui déferle sur la France a également touché la Belgique où plusieurs sites pétroliers ont été bloqués par des manifestants. Selon Sudinfo, un rassemblement des «gilets jaunes» à Charleroi a dégénéré dans la nuit du 23 au 24 novembre en affrontements entre les manifestants et les forces de l'ordre.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала