Ces revendications profondes que les «gilets jaunes» ont transmises au gouvernement

© Sputnik . Irina Kalashnikova Des gilets jaunes
Des gilets jaunes - Sputnik France
Baisse des taxes, hausse du SMIC, calcul des retraites et suppression du Sénat: telles sont les principales demandes formulées par les «gilets jaunes» transmises au ministre de la Transition écologique François de Rugy. Ces doléances sont formulées la veille du 3e week-end de mobilisation nationale contre la hausse de la taxe sur les carburants.

Alors que la tension liée aux manifestations des «gilets jaunes» ne s'affaiblit toujours pas en France, deux représentants de ce mouvement ont toutefois réussi à se faire entendre. Ils ont été reçus ce mardi 28 novembre par le ministre de la Transition écologique François de Rugy à la demande d'Emmanuel Macron. Lors de cette rencontre deux porte-paroles des «gilets jaunes» ont remis au ministre un cahier de doléances précisant les demandes du mouvement.

Jean-Luc Mélenchon - Sputnik France
«Gilets jaunes»: Jean-Luc Mélenchon annonce qu’il défilera samedi sur les Champs-Élysées
Si le ministre s'attendait à entendre des exigences sur la baisse des taxes sur le carburant, il a eu la surprise de voir que les demandes vont bien plus loin que cela. Ainsi, les deux porte-paroles ont demandé, entre autres, la réduction de la taxe carbone et de la taxe de consommation sur les produits énergétiques (TICPE), l'annulation du projet de loi sur le carburant à l'huile de palme, l'interdiction du glyphosate, l'abandon du projet de renouvellement du parc automobile français en électrique.

De nombreuses demandes d'origine sociale ont également été évoquées. Notamment, on y retrouve les doléances en matière de baisses des charges patronales et d'une hausse des aides publiques ainsi que la revalorisation du SMIC.

French President Emmanuel Macron takes part in a ceremony marking the 100th anniversary of the end of the World War I at the WWI French-British memorial of Thiepval, northern France, on November 9, 2018. - Sputnik France
Emmanuel Macron et le gouvernement visés par une plainte d’un «gilet jaune» pour «racket»
La question de l'emploi a été, entre autres, soulevée. Par exemple, les «gilets» jaunes demandent une aide au retour à l'emploi ou à la reconversion professionnelle grâce à des formations valorisantes. L'égalité homme-femme en matière de rémunération fait également partie des doléances formulées par les «gilets jaunes».

Les «gilets jaunes» n'ont pas non plus oublié les retraités et les étudiants, en proposant, notamment, d'augmenter les pensions de retraite et les aides financières. De plus, ils demandent la fin des régimes spéciaux et que le calcul des retraites soit «identique pour tous».

Parmi les autres revendications, on retrouve aussi la suppression du Sénat, demandée depuis longtemps par certains mouvements politiques, ainsi que des consultations régulières par référendum.

Finalement, les «gilets jaunes» sont allés encore plus loin. Ils ont ainsi demandé la réduction du budget des comptes publics et du train de vie des élus. Ils insistent également sur la réduction des salaires des membres du gouvernement, la suppression des privilèges pour les élus, notamment après leur mandat, un contrôle des notes de frais des élus, ainsi que la présence physique obligatoire des élus dans les assemblées.

Emmanuel Macron - Sputnik France
Le discours de Macron en réaction aux «gilets jaunes» semble ne pas avoir convaincu
De plus, à l'issue de la rencontre, Priscillia Ludosky, originaire de Seine-et-Marne et auteure d'une pétition lancée en mai 2018 pour la baisse des prix des carburants, a affirmé face à la presse qu'il y avait la volonté de «créer une assemblée citoyenne pour que les gens puissent s'exprimer».

De son côté, Éric Drouet, l'autre porte-parole présent au ministère de la Transition écologique, a lancé un appel à une nouvelle manifestation, prévue pour samedi prochain à Paris, sur les Champs-Élysées.

Des porte-paroles de la délégation officielle des «gilets jaunes» doivent être reçus le vendredi 30 novembre par le Premier ministre Édouard Philippe. Cette rencontre se tiendra ainsi à la veille du troisième acte de la mobilisation, sur les Champs-Élysées et dans les régions.

Nicolas Dupont-Aignan, President of Debout la France (DLF) party and candidate for the regionales election in Ile de France, poses in Paris on October 19, 2015. - Sputnik France
«Gilets jaunes»: Macron n’apporte «aucune réponse», selon Nicolas Dupont-Aignan
Dans son discours à la Nation tenu le mardi 27 novembre à la suite des violentes manifestations à Paris, Emmanuel Macron a assuré avoir vu les difficultés des Français tout en réitérant qu'il n'allait pas lever les taxes sur le carburant pour autant. Le Président a aussi évoqué la «crise» en France actuellement, ajoutant qu'il n'aurait aucune faiblesse contre ceux qui cherchent la violence.

Depuis le 17 novembre, les «gilets jaunes» organisent des manifestations dans toute la France, bloquant des routes ou occupant des ronds-points. Ils étaient 282.000 mobilisés le 17 novembre et encore quelque 106.000 le 24 novembre, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur, que les «gilets jaunes» considèrent comme très sous-estimés.

Des violences et dégradations ont été constatées un peu partout dans le pays avec le lourd bilan de deux morts et plus de 650 blessés.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала