Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

BHL, Hanouna, Bern, Lhermitte et Boujenah appellent les Gilets jaunes à «s’arrêter»

© SputnikGilets jaunes le 1 décembre 2018 à Paris
Gilets jaunes le 1 décembre 2018 à Paris - Sputnik France
S'abonner
À la veille de l’Acte 4 de la mobilisation en France, 175 citoyens dont plusieurs célébrités ont appelé les Gilets jaunes à retrouver le calme et à renouer le dialogue avec l’exécutif et ce au nom de la devise de la République: Liberté, Égalité, Fraternité. Cependant, les manifestants n'ont en pratique pas répondu samedi à cet «appel à la sagesse».

Le 7 décembre, 175 personnes, parmi lesquelles figurent Bernard-Henri Levy, les animateurs Cyril Hanouna, Maïtena Biraben et Stéphane Bern, l'acteur Thierry Lhermitte, l'humoriste Michel Boujenah, les journalistes Aida Thouiri et Laurent Bazin ou encore le producteur Dominique Besnehard, ont signé une tribune dans Le Parisien intitulée «Transformer la colère en débat: l'appel à la sagesse lancé aux Gilets jaunes».

Dans le texte publié, les signataires appellent les manifestants à s'arrêter:

«Cela doit s'arrêter et le dialogue doit prendre le relais. Le moment est venu de parler, de s'écouter, de se comprendre. Le moment est venu de retrouver le sens des mots et en même temps celui de nos responsabilités à tous et à chacun d'entre nous. Le gouvernement doit tendre la main, oui».

Bernard-Henri Lévy - Sputnik France
BHL assimile les Gilets jaunes au nazisme et appelle à soutenir Macron
Attristés par les violences de l'Acte 3 du samedi 1er décembre, ils estiment ainsi que les manifestants ont oublié la devise de la République: Liberté, Égalité, Fraternité.

Manifestation des Gilets jaunes le 8 décembre 2018 - Sputnik France
Gilets jaunes: des casseurs attaquent une bijouterie, le patron leur tire des flashballs
«La liberté s'arrête là où commence l'oppression pour les autres: en empêchant les commerçants de travailler, les habitants de circuler, en exerçant une contrainte sur le reste de la population, la liberté a été bafouée».

Or, «il n'y a pas de fraternité quand on tolère, ou pire, quand on encourage la destruction de biens publics, le pillage de biens privés, l'agression physique contre les forces de l'ordre, l'offense aux symboles mêmes de la République comme la flamme du Soldat inconnu».

Évoquant le problème du respect, les signataires appellent à arrêter la colère pour laisser place au «débat»:

«Étonnons le monde à nouveau, en lui montrant notre capacité à transformer la colère en débat, les revendications en solutions concrètes et à renouer ainsi avec ce que nous sommes, la France telle qu'en elle-même».

Pourtant, malgré l'«appel à la sagesse» lancé par certaines célébrités, le samedi 8 décembre a été marqué par de nombreux tirs de gaz lacrymogènes, de nombreuses vitrines brisées et de nombreux pillages, par des voitures brûlées et des blocages sur les routes.

Selon la place Beauvau, près de 136.000 personnes ont participé samedi 8 décembre à l'Acte 4 de la mobilisation des Gilets jaunes en France, soit un nombre pratiquement équivalent à celui du 1er décembre. Au total, près de 2.000 personnes ont été interpellées.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала