Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

300 euros pour les «coups de matraques»? Le Net outré par une prime aux policiers

300 euros pour les «coups de matraques»? Le Net outré par une prime aux policiers (image d'illustration)
300 euros pour les «coups de matraques»? Le Net outré par une prime aux policiers (image d'illustration) - Sputnik France
S'abonner
La proposition du gouvernement français d’accorder une prime d’un montant de 300 euros aux membres des forces de l’ordre mobilisés lors des manifestations des Gilets jaunes a provoqué une vague de réactions négatives sur la Toile. «Gilets jaunes, 100 euros, policiers, 300 euros, bravo!», ont martelé des internautes.

Comme il ressort d'un amendement déposé ce mardi dans le cadre de la poursuite de l'examen du projet de loi de finances 2019, l'exécutif français a proposé une prime exceptionnelle de 300 euros pour les policiers en service durant les manifestations des Gilets jaunes. L'initiative n'a toutefois pas suscité l'enthousiasme des utilisateurs des réseaux sociaux.

Certains internautes ont évoqué une «bonne attention de Jupiter» à l'égard des forces de l'ordre ainsi qu'une «hypocrisie gouvernementale».

​​D'autres ont fait remarquer que la prime seraient pour ceux qui ont «gazé» et «blessé» des Gilets jaunes.

​​​D'autres encore ont attiré l'attention sur le fait qu'alors qu'Emmanuel Macron avait promis d'augmenter le salaire d'un travailleur au Smic de 100 euros net, le gouvernement proposait une prime pour des policiers mobilisés lors des manifestations des Gilets jaunes d'une montant de 300 euros.

​Le 10 décembre, dans son adresse à la Nation en réponse aux mobilisations des Gilets jaunes à travers toute la France, le Président de la République a décrété l'«état d'urgence économique et sociale» et annoncé plusieurs mesures en faveur du pouvoir d'achat, dont l'augmentation du Smic.

A worker of French construction group Vinci looks at a damaged payment booth a day after the highway toll was set on fire on December 18, 2018 in Bandol, near Marseille - Sputnik France
«Péages gratuits» des Gilets jaunes: Vinci revient sur sa décision de réclamer le paiement
Face à la hausse des prix du carburant, qui frappe surtout le diesel, de nombreux Français sont descendus dans les rues depuis le 17 novembre 2018. Les mobilisations des Gilets jaunes ont régulièrement dégénéré en affrontements entre manifestants les forces de l'ordre marqués par de nombreuses scènes de pillages, des incendies, des interpellations et des violences extrêmes.

Selon le dernier bilan, le ministère de l'Intérieur faisait état de 66.000 manifestants le samedi 15 décembre dans toute la France vers 19h00, dont 4.000 au plus fort de la journée à Paris. Ces chiffres, en baisse comparativement à la semaine dernière, alors que plus d'un policier était mobilisé pour chaque manifestant, n'ont pas tardé à faire polémique.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала