La perspective de «shutdown» fait reculer Trump sur son projet de mur avec le Mexique

© AP Photo / Alex BrandonDonald Trump
Donald Trump - Sputnik France
Donald Trump serait prêt à un compromis sur le financement de la construction d’un mur à la frontière avec le Mexique afin d’éviter un «shutdown» (un blocage du fonctionnement de l’administration fédérale américaine). La Maison-Blanche a l’intention de trouver d’«autres moyens» afin de mettre en œuvre ce projet.

Le Président américain a abandonné mardi sa demande au Congrès d'allouer cinq milliards de dollars afin d'ériger un mur le long de la frontière avec le Mexique, a annoncé la porte-parole de la Maison-Blanche, Sarah Sanders. Selon elle, l'administration américaine trouvera d'«autres moyens» de financer cette construction.

Des caravanes de Honduriens «à l’assaut» des États-Unis - Sputnik France
Caravane de migrants: vers la «trumpisation» du Mexique?
Il s'agit d'une concession de la part de Donald Trump, qui vise à éviter le blocage du fonctionnement d'une partie des administrations fédérales dans le cas où les élus n'arriveraient pas à un accord budgétaire d'ici vendredi à minuit.

«In fine, nous ne voulons pas fermer les administrations fédérales, nous voulons fermer la frontière», a déclaré Mme Sanders sur Fox News.

Il s'agit bien d'un revirement de la part du locataire de la Maison-Blanche. Lors d'un échange avec les leaders démocrates du Congrès, Chuck Schumer et Nancy Pelosi, qui a eu lieu il y a une semaine, M.Trump semblait prêt à un «shutdown».

«Je serais fier d'aller au "shutdown" au nom de la sécurité aux frontières», avait alors lancé le Président américain.

Donald Trump avait promis de durcir la politique migratoire américaine et de renforcer les contrôles à la frontière, et ce, dès sa campagne électorale. Il avait signé un décret sur la construction d'un mur à la frontière avec le Mexique cinq jours après sa cérémonie d'investiture du 20 janvier 2017. Initialement, le Président américain avait affirmé que ce serait au Mexique de payer la facture de l'érection du rempart. Son homologue mexicain avait alors répondu sur Twitter que son pays ne payerait «jamais pour un mur».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала