Des menaces de mort adressées à un autre élu LREM et sa famille (photos)

CC0 / Pixabay / Lettres
Lettres - Sputnik France
Un nouveau député LREM a reçu des menaces de mort. Cette fois, c’est l’élu de l'Eure Bruno Questel et sa famille qui sont la cible d’intimidations anonymes à la suite desquelles l’homme politique a déposé une plainte.

Le député LREM de l'Eure Bruno Questel a posté mardi sur sa page Twitter la lettre de menace de mort qu'il a reçue à l'Assemblée Nationale.

Un homme portant un masque - Sputnik France
Un courrier «avec originalité terrifiante dans les sévices» pour une députée LREM (photo)
L'auteur de la lettre écrit notamment que M.Questel va «goûter au fusil d'assaut piqué lors de la manif», avant de terminer par: «Vous êtes cuit et le jour de la mort attentat approche. A bientôt de te voir dans ton sang».

L'élu a souligné la lâcheté de l'expéditeur resté anonyme, ajoutant que «le ou les auteurs semblent tout de même avoir quelques problèmes avec la République».

Après avoir été menacé de mort, M.Questel a décidé de porter plainte, a-t-il annoncé à l'AFP.

«Ça me glace de voir que l'on peut être menacé de mort simplement parce que l'on est un élu de République», a-t-il partagé.

En décembre, Bruno Questel a déclaré au micro de la chaîne de télévision France 3 avoir entendu des coups de feu aux alentours de sa maison, accusant les Gilets jaunes de le menacer de mort.

Ce n'est pas la première fois que les membres du parti créé par Emmanuel Macron deviennent la cible d'agresseurs anonymes.

Gilets jaunes le 1 décembre à Paris - Sputnik France
Emmurée chez elle pendant la nuit, cette élue LREM met en cause les Gilets jaunes (photos)
Le 7 janvier, Aurore Bergé, députée LREM des Yvelines, a reçu  à l'Assemblée nationale un courrier de menaces de mort. Écrit en lettres majuscules et avec plusieurs fautes, le texte reprochait à la femme d'avoir «trop» parlé, la reconnaissant «coupable» de ses «crimes».

Dans la nuit du samedi 5 au dimanche 6 janvier, une députée LREM était déjà victime d'agresseurs inconnus. Au réveil, l'élue LREM-MoDem de Vendée Patricia Gallerneau a découvert un mur de parpaings haut de 1,5 mètre devant le portail de sa maison. Dans une publication sur Facebook, elle affirmait qu'il s'agissait de l'œuvre de Gilets jaunes, les qualifiant d'«imbéciles».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала