Gabriel Serville sur la loi anticasseurs: «Des dictatures ont commencé comme ça»

© SputnikSputnik France a reçu Gabriel Serville, député de Guyane
Sputnik France a reçu Gabriel Serville, député de Guyane - Sputnik France
Spuntik France a reçu Gabriel Serville, député de Guyane, dans le cadre du grand débat national. Avec lui, nous avons abordé les problématiques liées à sa collectivité et ce presque deux ans après le mouvement social qui a frappé la Guyane. Il nous a également livré son sentiment sur la gestion par le gouvernement de la crise des Gilets jaunes.

«La priorité, c'est l'éducation. Je crois que tout passe par l'éducation et par la formation.»

Gabriel Serville, député de la première circonscription de Guyane, considère que le temps des débats doit laisser place à l'action. Il ne répondra pas présent à l'invitation lancée par Emmanuel Macron à plusieurs élus d'outre-mer à venir à Paris le 1er février pour le grand débat national. En 2018, les États généraux de Guyane avaient fait suite au mouvement social qui avait frappé le département et région. De nombreux débats avaient également eu lieu pour les Assises de l'outre-mer. Un événement qui «n'a pas abouti à grand-chose» pour le député. Il demande de mettre le paquet sur l'éducation dans un territoire à la population jeune et où le taux de chômage est très élevé. Formation, délinquance, coût de la vie, développement durable, Gabriel Serville a analysé pour Sputnik France les problématiques guyanaises. Il nous parle également de la loi anticasseurs, qu'il juge «démocraticide» et d'un Président de la République dont «la priorité n'est pas de redorer le porte-monnaie des petites gens». Entretien.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала