Le risque d’un conflit armé par les USA au Venezuela n’est pas écarté, selon Moscou

© Sputnik . Natalia Seliverstova / Aller dans la banque de photosMinistère russe des Affaires étrangères
Ministère russe des Affaires étrangères - Sputnik France
Le Venezuela est menacé d’une ingérence militaire extérieure et les inscriptions sur le bloc-notes du conseiller américain à la sécurité nationale, John Bolton, attestent que les États-Unis envisagent toutes les options dans ce pays, selon la porte-parole de la diplomatie russe.

La menace d'une ingérence militaire étrangère continue de peser sur le Venezuela, a déclaré la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, lors d'un point de presse.

«Rien ne permet de dire que la menace d'un conflit militaire d'envergure est levée. Toutes les options, y compris l'ingérence armée directe dans les affaires d'un État souverain depuis l'extérieur, sont sur la table. En témoignent les images largement diffusées dans les médias des inscriptions sur le bloc-notes du conseiller du Président américain à la sécurité nationale, John Bolton, relatives à 5.000 militaires états-uniens qui devraient être ou pourraient être envoyés dans des pays voisins du Venezuela. À en juger d'après la réaction du gouvernement du pays mentionné dans la note, la question n'a même pas été discutée avec lui», a indiqué la diplomate.

Elle a ajouté que les États-Unis n'avaient pas commenté officiellement cette information.

Lors d'un point de presse de John Bolton à la Maison-Blanche, les journalistes ont réussi à lire ce qui était écrit sur son bloc-notes. L'inscription évoquait notamment «5.000 soldats en Colombie».

John Bolton - Sputnik France
«5.000 soldats en Colombie»: les notes de John Bolton posent question
Interrogé durant ce point presse sur une éventuelle intervention militaire américaine au Venezuela, M.Bolton avait réaffirmé, comme l'avait fait Donald Trump la semaine précédente, que «toutes les options» étaient sur la table.

Le ministre colombien des Affaires étrangères, Carlos Holmes Trujillo, a déclaré lundi soir, eu égard à ces notes de M.Bolton, que Bogota ne savait pas pourquoi il avait mentionné son pays.

L'opposant Juan Guaido, renvoyé le 22 janvier du poste de président de l'Assemblée nationale vénézuélienne sur décision de la Cour suprême, s'est autoproclamé le lendemain «Président en exercice» du pays et a prêté serment pendant une manifestation à Caracas. Donald Trump l'a reconnu comme «Président par intérim».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала