Maduro annonce la fermeture de la frontière avec le Brésil dans la soirée du 21 février

© Sputnik . Sergueï Gouneev / Aller dans la banque de photosNicolas Maduro
Nicolas Maduro - Sputnik France
Le gouvernement vénézuélien fermera sa frontière avec le Brésil ce jeudi soir à partir du 20h00 (heure locale), a déclaré Nicolas Maduro. Selon lui, une fermeture de la frontière entre le Venezuela et la Colombie n’est également pas exclue.

Lors d’un discours diffusé sur Periscope, le Président vénézuélien a annoncé la fermeture de la frontière terrestre avec le Brésil ce jeudi 21 février.

«À partir du 21 février, la frontière terrestre avec le Brésil sera complétement fermée jusqu’à nouvelle annonce», a indiqué Nicolas Maduro.

Le Président vénézuélien a également souligné qu’il n’excluait pas la fermeture de la frontière entre le Venezuela et la Colombie.​

«Quant à la Colombie, j’étudie cette possibilité», a-t-il précisé.

Auparavant, l’opposition vénézuélienne avait déclaré que des livraisons d’aide humanitaire en provenance de Washington seraient effectuées dans le pays à partir du 23 février. En réponse, Nicolas Maduro a annoncé que l’envoi de cette aide était un «show politique» et un «attrape-nigaud», et que le gouvernement l’empêcherait. Les autorités ont donc déjà fermé la frontière maritime avec les Petites Antilles.

Air France - Sputnik France
Air France annule ses vols à destination du Venezuela
La crise politique au Venezuela a éclaté quand l'opposant Juan Guaido, renvoyé le 22 janvier du poste de président de l'Assemblée nationale vénézuélienne sur décision de la Cour suprême, s'est autoproclamé le lendemain «Président en exercice du pays» et a prêté serment au cours d'une manifestation. Donald Trump l'a reconnu comme «Président par intérim».

Une quarantaine de pays, dont le Royaume-Uni et l'Allemagne, en ont fait de même. La France l'a également reconnu comme «Président en charge». Le Président Nicolas Maduro a qualifié Juan Guaido de pantin des États-Unis.

La Russie, la Chine, la Turquie et plusieurs autres pays ont, quant à eux, soutenu Nicolas Maduro en tant que Président légitime du Venezuela. Le Kremlin a qualifié la décision de certaines nations européennes d'«ingérence dans les affaires intérieures du Venezuela».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала