Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

Benjamin Griveaux serait-il allergique à la lecture?

© AP Photo / Christophe Ena, PoolBenjamin Griveaux
Benjamin Griveaux - Sputnik France
S'abonner
Benjamin Griveaux a déclaré à France Info que le livre de François Ruffin - Ce pays que tu ne connais pas, paru aux éditions Les Arènes - exsudait la «haine à longueur de pages». Avant d'avouer... qu'il ne comptait pas le lire.

Il semble que le porte-parole du gouvernement français, Benjamin Griveaux, ne soit pas un passionné de lecture. En effet, évoquant sur France Info le livre de François Ruffin, intitulé Ce pays que tu ne connais pas et paru aux éditions Les Arènes, il a assuré qu'il ne le lirait pas.

«Quand on a beaucoup de haine, je ne crois pas qu'elle soit bonne conseillère en politique», tel est l'avis de Benjamin Griveaux.

Le présentateur a tout de même tenu à se faire préciser:

«Il exprime de la haine, à vos yeux, François Ruffin?»

«Oui, bien sûr», a affirmé le porte-parole du gouvernement sans l'ombre d'une hésitation. Avant de poursuivre:

«La haine n'est jamais quelque chose qui permet de guider le responsable politique vers la défense de l'intérêt général, vers le calme et l'apaisement qu'appelle le pays».

«Il déverse sa haine à longueur de pages», a encore décrit Benjamin Griveaux… En réservant une énorme surprise aux téléspectateurs qui l'ont écouté jusqu'à la fin.

«Je ne compte pas acheter ce livre et encore moins le lire», a-t-il ainsi conclu.

Benjamin Griveaux listens to the speech of French Prime Minister Edouard Philippe during a joint press conference with following the cabinet meeting at the Elysee Palace - Sputnik France
Griveaux évoque des «contrevérités» dans le rapport sur Benalla qu’il n’a pas lu
D'ailleurs, ce n'est pas la première fois que ce responsable se montre allergique à la lecture et porte un jugement sur ce qu'il ne connaît pas.

Répondant le 20 février aux questions de journalistes sur le rapport de la commission d'enquête du Sénat sur l'affaire Benalla, il avait déclaré que le document comportait manifestement des «contrevérités» auxquelles la présidence «[aurait] l'occasion d'apporter des réponses factuelles».

Il avait réussi à laisser bouche bée un reporter qui lui avait demandé des précisions:

«Je n'ai pas lu le rapport, donc je ne vais pas commenter le rapport que je n'ai pas lu.»

François Ruffin rappelle dans son ouvrage qu'il avait fréquenté à Amiens le même lycée que l'actuel Président de la République.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала