Florence Parly veut sanctionner un colonel ayant dénoncé les opérations en Syrie

Pointant du doigt une «certaine fausseté» de sa part, la ministre française des Armées, Florence Parly, a demandé de prendre des mesures à l’encontre d’un colonel ayant critiqué les opérations militaires menées par la coalition internationale antiterroriste sous commandement des États-Unis en Syrie.

Après la parution d'un article dans lequel le colonel François-Régis Legrier avait dénoncé les opérations militaires effectuées en Syrie par la coalition internationale dont la France fait partie, Florence Parly a demandé d'instaurer des sanctions à l'encontre du haut gradé, lors d'une audition le 20 février devant la Commission des Affaires étrangères et de la Défense du Sénat. Le contenu n'en a toutefois été rendu public que le 27 février.

La coalition US déclare qu’elle poursuivra son opération antiterroriste en Syrie (image d'archive) - Sputnik France
La coalition US déclare qu’elle poursuivra son opération antiterroriste en Syrie
«S'il n'était pas d'accord avec l'action de la France, il devait demander à être déchargé de son commandement. Je vois donc dans son attitude une certaine fausseté et un manque de courage […] Sa hiérarchie prendra donc les mesures qui s'imposent et rappellera les règles de base qui s'appliquent à tous», a indiqué la ministre française.

Selon Mme Parly, qui s'était rendue auprès du détachement d'artillerie du colonel le 9 février en Irak, il ne lui avait alors fait «aucune observation».

Dans un article publié récemment dans la Revue Défense nationale (RDN), qui a été par la suite retiré du sommaire mis en ligne sur le site de la RDN, le colonel François-Régis Legrier a analysé d’une manière assez critique la conduite des opérations militaires occidentales en Syrie.

Syrie - Sputnik France
Syrie: au moins 16 morts, dont 7 enfants, dans des frappes de la coalition, selon la TV
«Oui, la bataille d'Hajin a été gagnée, au moins sur le terrain mais en refusant l'engagement au sol, nous avons prolongé inutilement le conflit et donc contribué à augmenter le nombre de victimes au sein de la population», a notamment écrit le militaire.

«Nous avons détruit massivement les infrastructures et donné à la population une détestable image de ce que peut être une libération à l'occidentale laissant derrière nous les germes d'une résurgence prochaine d'un nouvel adversaire. Nous n'avons en aucune façon gagné la guerre faute d'une politique réaliste et persévérante et d'une stratégie adéquate. Combien d'Hajin faudra-t-il pour comprendre que nous faisons fausse route?», a-t-il poursuivi.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала