Témoignage d’un street medic sur un Gilet jaune blessé convulsant à Paris (vidéo)

© Sputnik . Irina Kalachnikova / Aller dans la banque de photosLes Gilets jaunes se mobilisent à Paris pour leur acte 17, le 9 mars
Les Gilets jaunes se mobilisent à Paris pour leur acte 17, le 9 mars - Sputnik France
Pendant l’acte 17 des Gilets jaunes, un manifestant pris de convulsions après l’usage de gaz lacrymogènes par la police a été filmé sur les Champs-Élysées. Un street medic qui était sur place au moment des faits a expliqué la situation à Sputnik.

Le Gilet jaune qui a été filmé samedi à Paris, lors de l’acte 17, alors qu’il était couché par terre et entouré de street medics, avait des problèmes de vue et de respiration après la dispersion de gaz lacrymogènes par les policiers, a expliqué un street medic contacté par Sputnik.

«Samedi vers 16h45, sur les Champs-Élysées, une grande quantité de gaz a été lancée par les policiers. Un homme d'une trentaine d'années a été pris au milieu du gaz. Aveuglé, on l'a récupéré et mis en sécurité. Pendant l'intervention, il a commencé à avoir du mal à respirer. On a fait le nécessaire jusqu'à ce qu'il retrouve sa capacité à respirer», a indiqué l’interlocuteur de Sputnik.

Les Gilets jaunes se mobilisent à Paris pour leur acte 17, le 3 mars - Sputnik France
Acte 17: une faible mobilisation en France, des tensions à Paris et à Nantes
À la question de savoir pourquoi l’homme a été pris de convulsions alors qu’il était déjà pris en charge, le street medic a noté que le blessé avait du mal à retrouver une respiration normale.

«Effectivement impossible à respirer. En plus non loin du gaz, donc cela reste difficile de trouver une respiration normale», a-t-il dit.

L’acte 17 de la mobilisation des Gilets jaunes s’est déroulé le 9 mars en France. À une semaine de la fin du grand débat et de la grande journée nationale prévue par les Gilets jaunes, les manifestants ont fait un sit-in à Paris et dans d’autres villes. Les premiers incidents ont eu lieu dans l'après-midi, peu après le début de la mobilisation. La police a tiré des gaz lacrymogènes à plusieurs reprises. D’après le ministère français de l’Intérieur, la mobilisation a atteint un plus bas historique, avec 28.600 manifestants, dont 3.000 à Paris. Ces chiffres ont de nouveau été contestés. Le syndicat France Police-Policiers en colère assure notamment que 160.000 manifestants étaient mobilisés à 15h45.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала