Un rapporteur spécial de l’Onu envisage une visite au Venezuela pour jauger les sanctions

Le rapporteur spécial sur les effets négatifs des mesures coercitives unilatérales dans le domaine des droits de l'Homme a indiqué à Sputnik qu’il envisageait une visite au Venezuela pour présenter ses conclusions à la session du Conseil des droits de l'Homme de septembre.

Idriss Jazairy, rapporteur spécial sur les effets négatifs des mesures coercitives unilatérales dans le domaine des droits de l'Homme, a confié à Sputnik qu'il envisageait de se rendre prochainement au Venezuela et de faire connaître ses conclusions lors de la session de septembre du Conseil des droits de l'Homme, puis à l'Assemblée générale de l'Onu.

Conseil des droits de l'homme - Sputnik France
Onu: les pays doivent abandonner la pratique de sanctions unilatérales

La semaine dernière, la visite au Venezuela de l'équipe technique du bureau de la Haut-commissaire de l'Onu aux droits de l'Homme s'est achevée. La délégation s'est rendue dans le pays suite à une invitation des autorités de l'État sud-américain afin d'estimer la situation en cours.

«Je vais étudier leur rapport. J'espère arriver au Venezuela avant la visite attendue de la Haut-commissaire de l'Onu aux droits de l'Homme, Michelle Bachelet, qui doit avoir lieu d'ici un à deux mois. Je rendrai compte des résultats de cette visite lors du Conseil des droits de l'Homme en septembre, et ensuite à l'Assemblée générale de l'Onu», a expliqué Idriss Jazairy à Sputnik.

Il a également souligné que les sanctions contre le Venezuela n'étaient pas soutenues par le Conseil de sécurité de l'Onu ce qui pose question sur leur légalité.

Fin janvier, Washington a introduit un nouveau volet de sanctions à l'encontre des autorités vénézuéliennes, en vertu duquel la compagnie pétrolière nationale PDVSA n'est plus autorisée à bénéficier des revenus de son commerce avec les États-Unis tandis que ses avoirs à l'étranger sont bloqués.

La vice-Présidente vénézuélienne Delcy Rodriguez a donc annoncé la fermeture du bureau à Lisbonne du groupe public PDVSA, poids lourd de l'économie nationale, et son transfert à Moscou.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала