Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

«Un Bataclan par semaine» si Paris continue de s'exprimer sur l'Algérie: un suspect arrêté

© REUTERS / Christian HartmannHommage aux victimes du Bataclan
Hommage aux victimes du Bataclan - Sputnik France
S'abonner
L'homme qui avait promis «un Bataclan par semaine» si la France s'exprimait toujours sur l'Algérie a été interpellé par la police, a annoncé Le Parisien. Il a été placé en détention provisoire.

La police a interpellé un homme qui avait envoyé des e-mails de menaces à plusieurs préfectures et qui promettait «un Bataclan par semaine» si la France continuait à donner son avis sur les élections en Algérie, selon Le Parisien.

«Il [le suspect, ndlr] présentait une dangerosité manifeste au vu de ses écrits», a indiqué le parquet de Toulouse cité par le journal.

Teatro parisiense de Bataclan - Sputnik France
Ils ont survécu: «Je retourne au Bataclan, je bois un coup et j'écoute du rock'n'roll»
Un e-mail anonyme à caractère terroriste a été adressé il y a quelques semaines à treize préfectures. Les policiers de la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) ont réussi à identifier l'auteur des messages grâce à l'adresse IP utilisée pour les envoyer.

L'homme, interpellé à son domicile, «n'a pas de gros antécédents judiciaires», selon une source proche du dossier citée par le journal, et ne faisait pas l'objet d'une surveillance quant à une éventuelle radicalisation.

Le suspect a été placé en garde à vue et a reconnu avoir formulé des menaces, en minimisant la gravité des faits. Il a été déféré devant le parquet de Toulouse. Une information judiciaire a été ouverte. L'homme fera l'objet d'une évaluation psychologique, a ajouté Le Parisien.

À la mi-janvier, un automobiliste avait tenté d'utiliser sa voiture comme un bélier contre la terrasse d'un café dans la commune de Lattes, au sud de Montpellier. Avant de passer à l'acte, l'individu avait appelé le numéro d'urgence des sapeurs-pompiers, pour les informer qu'il allait faire un carnage «comme au Bataclan».

Bataclan - Sputnik France
Menaçant de faire «comme au Bataclan», il fonce en voiture sur la terrasse d’un café
Le 13 novembre 2015, 90 spectateurs avaient été tués par trois djihadistes pendant une interminable prise d'otages tandis que deux autres commandos semaient la mort ailleurs dans Paris et aux abords du Stade de France. Au total 130 personnes avaient été tuées dans les attentats les plus meurtriers jamais commis en France. Après huit mois de travaux, la salle de concert a fait peau neuve. Pour que rien ne rappelle les évènements tragiques, tout a été rénové et changé à l'intérieur du Bataclan.

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
EN DIRECT
Заголовок открываемого материала
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала