Ministre des Armées: les djihadistes français détenus en Syrie «ont vocation à y rester»

© AFP 2022 LUDOVIC MARINFlorence Parly
Florence Parly - Sputnik France
La ministre des Armées Florence Parly a exposé la position de la France concernant le sort des Français partis faire le djihad en Syrie et actuellement détenus par les Kurdes syriens.

Les autorités françaises n’envisagent pas de rapatrier les djihadistes français détenus en Syrie par les Kurdes, a déclaré vendredi à BFM TV la ministre des Armées Florence Parly.

«La position de la France est constante dans ce domaine. Nous n’avons pas l’intention de rapatrier des combattants qui ont vocation à être jugés, à rendre des comptes sur place. Et s’agissant de ceux qui sont détenus par les Kurdes syriens […], ils sont entre quatre murs et ils ont vocation à y rester», a indiqué la ministre Parly.

Daech en Syrie - Sputnik France
«Beaucoup de Français»: qui sont les derniers combattants de Daech en Syrie?
La ministre française de la Justice Nicole Belloubet avait précédemment déclaré que la politique nationale de rapatriement des terroristes continuerait à se faire «au cas par cas». Elle avait ainsi commenté la demande de Donald Trump adressée en février au Royaume-Uni, à la France, à l’Allemagne et aux «autres alliés européens à reprendre plus de 800 combattants de Daech* capturés en Syrie afin de les traduire en justice».

En novembre 2018, le Président Macron avait déjà déclaré que le retour des familles de terroristes français serait individuellement étudié.

Une pétition a été récemment lancée par des avocats, comédiens et hommes politiques afin de rapatrier «des enfants français détenus au Kurdistan syrien» nés en Syrie ou qui ont été emmenés par leurs parents devenus djihadistes. La pétition compte déjà plus de 5.470 signatures.

Membres des Forces démocratiques syriennes (FDS) - Sputnik France
Plus d’une dizaine de djihadistes français ont été remis à l’Irak par les Kurdes
Les Forces démocratiques syriennes (FDS) ont annoncé le 25 février dans un communiqué avoir arrêté «un grand nombre» de djihadistes de Daech* «de plusieurs nationalités» dont certains avaient été livrés à l'Irak. Selon Reuters, parmi ces personnes il y avait une quinzaine de Français. Le même jour, le Président Macron a affirmé qu’il appartenait aux autorités irakiennes de décider si ces djihadistes devaient être jugés sur place.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала