Votre inscription a été enregistrée avec succès!
Merci de cliquer sur le lien envoyé par courriel sur

À Paris, 300 kilos d'explosifs sont restés sans surveillance pendant toute une nuit

S'abonner
Transportant environ 300 kilos d’explosifs, dont des mines antichars, deux agents du déminage ont laissé, lors d’une escale à Paris, leur chargement sans surveillance. Les matières actives sont ainsi restées dans une zone fréquentée de la capitale pendant toute une nuit, soit près de 13 heures.

Le Point a révélé que deux agents du déminage avaient laissé, sans aucune surveillance, un chargement de près de 300 kilos d'explosifs dans une zone fréquentée de Paris, à savoir Porte de Vincennes. Il s'agissait notamment de mines antichars, de semtex (un explosif entrant dans la fabrication des mines, détourné à des fins terroristes depuis trente ans) et de détonateurs.

Passengers walk on the platform at Gare de Lyon train station in Paris on April 4, 2018 - Sputnik France
Un gendarme transportant illégalement des explosifs arrêté dans une gare parisienne

Les événements remontent au 29 janvier. Les démineurs étaient initialement partis de l'Est pour se rendre à Bayonne, dans le centre de déminage local, qui, entre autres, prépare la sécurisation du G7 qui se tiendra fin août à Biarritz.

Bien que l'escale à Paris n'ait pas été prévue, ils ont «de leur propre initiative, alors que ce n'était absolument pas prévu dans le cadre de leur mission», fait étape dans la capitale.

Ainsi, vers 19h, les démineurs ont garé leur véhicule «dans un secteur très fréquenté, à proximité d'établissements scolaires, du dépôt de bus et de l'immeuble Garance, siège de différentes directions de la police nationale (CRS, PAF, IGPN mais aussi DGSCGC)». Ils n'ont repris la route que le lendemain matin, vers 9h.

Explosifs - Sputnik France
Stockholm décrète une amnistie pour récupérer les explosifs présents dans le pays

«Une procédure disciplinaire est en cours. C'est une faute. Ces deux agents ont contrevenu aux règles en vigueur», a affirmé la Direction générale de la sécurité civile et de la gestion des crises (DGSCGC), dont dépendent les deux hommes.

Qui plus est, ils ont «emprunté le périphérique et ses tunnels, ce qui est interdit par le règlement des transports de matières sensibles».

Fil d’actu
0
Les plus récents d'abordLes plus anciens d'abord
loader
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала