Du cyanure dans la formule chimique des grenades lacrymogènes lancées par la police?

© Sputnik . Irina Kalachnikova / Aller dans la banque de photosLes Gilets jaunes se mobilisent à Paris pour leur acte 17, le 9 mars
Les Gilets jaunes se mobilisent à Paris pour leur acte 17, le 9 mars - Sputnik France
Après les actes 19 et 20 des Gilets jaunes, des manifestants ont affirmé avoir été touchés plus violemment qu’avec le gaz lacrymogène utilisé habituellement par les forces de l’ordre. Son composé chimique a créé la polémique, certains relayant sur Twitter les résultats d’analyses médicales qui démontreraient une intoxication au cyanure.

Certains manifestants dénoncent sur les réseaux sociaux la vigueur inédite des gaz lacrymogènes auxquels ont eu recours les forces de l'ordre lors des actes 19 et 20 des Gilets jaunes à Montpellier, selon Midi Libre. Selon la publication, le groupe Facebook «Appel à Témoins Violences Policières GJ» rassemble divers témoignages, dont certains sur une soi-disant intoxication au cyanure.

Acte 21 des Gilets jaunes à Paris, le 6 avril 2019 - Sputnik France
Paris: des Gilets jaunes tentent de bloquer le périphérique, du gaz lacrymogène dispersé

En effet, certains manifestants ont commencé à se poser des questions sur la composition chimique de ces gaz dès le mois de février. À cette occasion, l'avocate Raquel Garrido avait publié un tweet dans lequel elle affirmait que, selon son médecin, les symptômes qu'elle avait présentés après l'acte 13 ressemblaient à un empoisonnement à l'acide cyanhydrique. Selon elle, d'autres témoins ont connu les mêmes symptômes. Elle avait alors demandé à la police le composé chimique du gaz lacrymogène. Sur les réseaux sociaux, plusieurs commentateurs s'étaient empressés de faire le rapprochement entre la présence supposée de cet acide et la recette du zyklon B employé par le passé dans les camps de la mort nazis.

Outre la réponse du syndicat Officiers et Commissaires de police, qui estimait que «sous-entendre que les policiers utilisent le gaz utilisé par les nazis dans les chambres à gaz est particulièrement honteux», Laurent Nunez, secrétaire d'État auprès du ministère de l'Intérieur, a également livré sa réaction quant à la polémique. Il a affirmé que la formule chimique du gaz employé lors des manifestations par les forces de l'ordre n'avait pas changé:

«Il n'y a pas de produits tenus secrets [dans la composition], avait répondu Laurent Nunez. C'est du gaz lacrymogène. Il n'y a pas de produit de nature incapacitante.» Et de poursuivre que «la recette n'a absolument pas changé».

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала