Macron veut faire du 7 avril une «journée de commémoration» du génocide au Rwanda

© Sputnik . Alexei Vitvitsky / Aller dans la banque de photosEmmanuel Macron
Emmanuel Macron - Sputnik France
25 ans après les massacres qui ont emporté la vie d'au moins 800.000 personnes au Rwanda, le Président de la République française a dit vouloir faire du 7 avril «une journée de commémoration du génocide des Tutsi».

Emmanuel Macron a annoncé son intention de faire du 7 avril une «journée de commémoration» du génocide au Rwanda.

«Le Président de la République salue le travail de mémoire conduit par les rescapés et a souhaité que la date du 7 avril soit désormais une journée de commémoration du génocide des Tutsi», indique le communiqué de l'Élysée.

Crânes de Rwandais massacrés en 1994 - Sputnik France
Génocide au Rwanda: Macron nomme des experts pour enquêter sur l'action de la France

Le chef de l'État français, qui sera représenté dans la capitale rwandaise de Kigali par le député LREM Hervé Berville lors des commémorations du génocide, a d'ailleurs exprimé «sa solidarité avec le peuple rwandais et sa compassion à l'égard des victimes et de leurs familles».

À l'occasion des cérémonies prévues ce 7 avril pour le 25e anniversaire du génocide au Rwanda, le Président français a reçu vendredi au palais de l'Élysée des représentants de l'association Ibuka France, dédiée au soutien aux rescapés et à la mémoire de cette tragédie.

Il a également annoncé un «renforcement» des moyens judiciaires et policiers ainsi que la création d'un comité d'historiens qui aura accès à «toutes les archives françaises» sur la période 1990-1994 pour faire la lumière sur l'action de la France dans le génocide rwandais.

Des crânes humains exposés au mémorial du génocide à Nyamata au Rwanda - Sputnik France
Un général français explique en quoi Paris a été fautif dans le génocide au Rwanda

Le génocide au Rwanda a fait, selon l'Onu, au moins 800.000 morts entre avril et juillet 1994, essentiellement au sein de la minorité tutsi. L'ampleur de l'assistance militaire apportée par la France au régime du Président rwandais hutu Juvénal Habyarimana entre 1990 et 1994 et les circonstances de l'attentat qui l'a tué le 6 avril 1994, et qui a déclenché le génocide, font toujours l'objet d'une polémique en France.

Fil d’actu
0
Pour participer aux discussions, identifiez-vous ou créez-vous un compte
loader
Chat
Заголовок открываемого материала